Du sport par procuration et un cadeau qui augmente les risques: quand toute mesure devient sujette à polémique

Il ne se passe plus un jour sans qu’une mesure sanitaire, l’ensemble des directives ou l’un de leurs corollaires ne provoque la polémique. Les succès des Diables rouges et les Rail Pass offerts à la population en sont les deux des derniers exemples en date.

Romain VEYS
Du sport par procuration et un cadeau qui augmente les risques: quand toute mesure devient sujette à polémique
Donc, en résumé, vous pouvez utiliser votre Rail Pass offert l’été dernier, mais à condition de vous asseoir côté fenêtre et, si possible, de ne pas vous rendre à la mer. Bref, l’occasion de découvrir Hannut, Renaix, ou Wevelgem. Pas parce que ... ©Photo News

Avec la décision juridique tombée hier, la cacophonie entourant les mesures sanitaires décrétées en vue de limiter la propagation de l'épidémie de coronavirus en a pris un nouveau coup chez nous.

Tandis que la situation de crise perdure depuis plus d’un an, de plus en plus nombreuses sont les voix qui, chaque jour, s’élèvent pour dénoncer ou remettre en question certaines décisions, des décisions pourtant souvent plébiscitées au moment de leur prise par les gouvernements. En cause: les effets que celles-ci peuvent parfois entraîner.

Le sport en extérieur par procuration

C'est notamment le cas de l'épidémiologiste et professeur de santé publique Yves Coppieters, lequel s'interrogeait mercredi sur le bien-fondé du maintien de « l'interdiction de reprendre le sport en groupe à l'extérieur», alors même que tout le pays se délecte des exploits sportifs des Diables rouges.

Il est vrai que, si la pratique du football demeure le sel de leur profession difficilement conciliable avec les préceptes du télétravail, les joueurs de football professionnel belges bénéficient là d'une clémence qui n'est pas offerte à tout le monde, notamment à leurs collègues évoluant dans le championnat allemand. Pour rappel, des mesures de quarantaine obligatoire ont été décrétées dans certains pays (comme l'Allemagne, donc) pour toute personne rentrant sur le territoire au départ de zones classées «rouge».

«Impact sur le moral»

Alors que nombreux sont ceux attestant le fait que le Covid-19 se transmet de façon moins virale en extérieur, on peut en effet se demander pourquoi la pratique d'une telle activité - laquelle «aurait un grand impact sur le moral en général», estime l'épidémiologiste - demeure à ce jour limitée à des bulles de 4 en extérieur pour les plus de 13 ans.

 Un petit footing sur une pelouse en République tchèque avec les amis, c’est possible! À condition d’être Diable rouge (et de ne pas jouer dans le championnat allemand).
Un petit footing sur une pelouse en République tchèque avec les amis, c’est possible! À condition d’être Diable rouge (et de ne pas jouer dans le championnat allemand). ©Photo News

«Les moutons à la Côte» grâce au Rail Pass

Dans une autre sortie sur les réseaux sociaux ce mercredi, c'est cette fois le délégué général aux droits de l'enfant en Fédération Wallonie-Bruxelles, Bernard De Vos, qui s'insurge contre une caricature de Pierre Kroll, laquelle associe les touristes d'un jour désireux de se rendre à la Côte à des moutons.

Partir à la mer pour une journée quand il fait beau. Utiliser son railpass avant qu'il n'expire. Emmener les enfants qu'...

Posted by Bernard De Vos Dumont on Wednesday, March 31, 2021

Le dessin de Pierre Kroll auquel Bernard De Vos fait allusion dans son commentaire:

#sncb #merdunord #soleil #coronavirus

Posted by Pierre Kroll on Wednesday, March 31, 2021

Décalage

Au-delà du coup de sang dont chacun sera libre de juger la pertinence, ce que la réaction du délégué illustre, c’est surtout le décalage qui existe entre, d’une part, le mot d’ordre continuel de limiter au maximum les contacts tout en maintenant la population calfeutrée chez elle et, d’autre part, la réalité du terrain d’une Belgique relativement petite, où les portes de sortie vers l’extérieur ne sont pas innombrables et où la population, les nerfs soumis à rude épreuve et le beau temps aidant, ressent aujourd’hui un besoin vital de s’oxygéner autant le corps que l’esprit.

En ce sens, il est vrai que pointer du doigt tous ces Belges désireux de s'offrir une pause à la mer ou dans un parc - sans basculer dans l'excès inverse de grandes fêtes organisées en dépit de toute considération sanitaire et sécuritaire - revient en partie à nier le fait que toute une frange de notre population - urbaine pour le coup - réside depuis un an dans des logements sans jardins et souvent sans balcons, le plus souvent en télétravail.

 Pas évident de s’offrir une pause détente et une bouffée d’oxygène lorsque l’on habite au cœur de la ville...
Pas évident de s’offrir une pause détente et une bouffée d’oxygène lorsque l’on habite au cœur de la ville... ©BELGA

Le Rail Pass, une fausse bonne idée?

D’autant que, comme nous l’écrivions en tête d’article, cet afflux massif vers la Côte relève, en partie, d’une décision saluée en son temps d’offrir à chaque Belge qui le souhaite un Rail Pass. Histoire de décompresser après le premier confinement.

Une décision qui tombe aujourd'hui sous l'ire de la CGSP Cheminots, laquelle estime par voie de communiqué que «la décision d'octroyer un Rail Pass gratuit aurait dû être mieux concertée avec la SNCB et entrer en vigueur après la crise sanitaire».

Bref, il devient de plus en plus difficile de trouver une mesure sanitaire faisant l’objet d’un consensus, tant au sein de la classe politique qu’au sein de la population …