«The Voice» Belgique: les 10 prestations qu’il ne fallait pas manquer aux blinds

Les blinds auditions ont livré leur verdict ce mardi soir, avec les derniers candidats sélectionnés pour la suite de l’aventure The Voice Belgique. Voici nos immanquables, en toute subjectivité.

Thomas Bernard
«The Voice» Belgique: les 10 prestations qu’il ne fallait pas manquer aux blinds
©RTBF - Ingrid Otto

TK Russell

Pas facile d’ouvrir le bal de cette 9e saison de The Voice. Le public en attend toujours plus. Mais avec sa gratte, son sourire et sa coiffure folle TK Russel fait partie de ceux qu’on n’oublie pas.

Et puis cette voix, cette musicalité, ce rythme, ce groove. On peut apprendre beaucoup de chose pour faire de la musique, mais pas tout. TK fait partie des chanteurs qui ont ce petit truc en plus, naturellement.

Pas étonnant que la production de The Voice ait choisi son audition pour promouvoir cette nouvelle saison lors des premiers spots publicitaires. Quel démarrage en fanfare.

Jérémy Delaunoy

The Voice est un défi pour Jérémy Delaunoy, 17 ans à peine. Son blind, sur «Ton héritage» de Benjamin Biolay, malgré un stress palpable et un tempo galopant, restera l’un des très grands moments de ce début de saison.

«Avec les gens, j’ai du mal», annoncera le jeune garçon, les yeux un peu humides et la voix tremblante, caché derrière son piano. «Il est d’une sensibilité extrême au bruit et à l’extérieur», complétera son papa.

Même Loïc Nottet a perdu ses moyens lorsque le candidat a repris un fragment de son titre «Mr/Mme», incapable de parler face à ce que dégage le jeune Dourois. Impossible de tricher.

On a qu’une hâte, que le candidat nous bouleverse encore une fois avec sa sensibilité et son talent.

C’est la 4e prestation la plus (re)visionnée sur Auvio et sa courte reprise de Loïc Nottet a été vue plus de 100.000 fois sur YouTube.

Sonita

Il n’a pas fallu très longtemps pour que les 4 juges se retournent pour découvrir d’où venait cette incroyable voix, puissante et sensible à la fois.

Sonita, 28 ans, originaire du Cameroun, a balayé le plateau comme une tornade avec sa reprise de Zoe Wees. Ne laissant rien s’échapper de son vortex, elle vous capte et vous retourne dans tous les sens. Encore et encore.

On en sort lessivé mais comblé. Vous savez quand passe le prochain ouragan? On aimerait ne pas le louper.

Jérémie Makiese

Une phrase. C’est tout ce qu’il aura fallu à Jérémie pour convaincre trois jurés de son talent. BJ Scott s’est fait un peu prier… attendant la deuxième phrase, quand même, pour se retourner. En 10 secondes l’affaire était pliée.

Il suffit de regarder les poils sur votre bras, tous au garde-à-vous, pour comprendre que la musique est belle quand elle est interprétée de la sorte. Que dire quand les mots vous manquent.

Grand frisson, pure émotion, standing ovation et on l’espère un parcours très très long.

C’est la prestation la plus visionnée sur la chaîne YouTube de The Voice cette saison, et de loin (plus d’un million de vues).

Vik Autier

Parfois, on n’a pas le feeling avec un candidat. Vous savez, ceux qu’on voit arriver et où l’on se dit: «il ne sera pas sélectionné», sans savoir dire pourquoi. Parce que The Voice est aussi un jeu de «passera/passera pas».

Et puis… ben, on se goure, carrément, dans les grands largeurs. On a la mâchoire qui tombe, les yeux qui s’écarquillent. Cette voix qui sort de corps, c’est normal, vous êtes sûr?

Vik, Namurois de 24 ans, a un grain fascinant et une voix chantée insoupçonnée, terriblement solide dans les aigus. Rien que pour ça, il fait partie des prestations qu’il ne fallait pas louper cette saison.

Douma

Pas moyen de louper Douma, rappeur bruxellois de 43 ans, qui a retourné le plateau avec «Black Skinhead» de Kanye West. Malgré l’absence de public, on devinait les têtes qui balancent, les épaules qui battent le rythme, les mains qui fendent l’air.

Uppercut à gauche, crochet du droit, Douma a mis le jury au tapis. Et nous aussi. Pas évident en deux petites minutes.

Il fallait des rappeurs pour cette nouvelle saison, même si The Voice se tourne plus volontiers vers d’autres sonorités. Douma apportera son énergie pour la suite. Espérons qu’on le laisse dans son registre de prédilection, même lors des duels.

Youssef Ben Soltan

Parce que Pink Floyd. Parce qu’on n’entend trop peu de voix comme celle-ci. Parce que ces musiciens sont décidément géniaux. Voilà quelques-unes des raisons qui devraient vous pousser à (ré)écouter Youssef, 33 ans.

Le jury s’est battu pour l’ancien dentiste (si, si), après un sans-faute sur «Wish you were here», très classe.

Voix chaude, ronde et profonde, que Typh Barrow a vu filer sous son nez, après un très intelligent blocage de BJ Scott.

Lou Boland

Son visage vous dit peut-être quelque chose, et pour cause. Lou est notamment apparu lors des soirées de Cap48, où il avait eu l’occasion de chanter avec Maurane, ou encore dans l’émission «La France a un Incroyable Talent».

Doté de l’oreille absolue, ce pianiste autodidacte n’a que 22 ans mais du talent à revendre, comme le montre ce moment suspendu.

Né avec un syndrome très rare qui l’a rendu malvoyant, Lou rejoint l’équipe du DJ Henri PFR, le seul à s’être retourné.

Penkyx

Que faire avec Penkyx, champion de beatbox, dans une émission comme The Voice? C’est ce que se sont demandé les 4 coaches durant toute la prestation incroyablement originale du candidat.

Sans doute pas la plus jolie voix, mais du talent clairement.

Le jeu et ses impératifs ont pétrifié le jury qui a préféré laisser partir Penkyx sans donner suite. Le beatboxer aura au moins le mérite de s’être fait connaître à un nouveau public.

Gabriel Sesboué

Avec son looper, Gabriel Sesboué a su mettre en avant la douceur de sa voix, sur une reprise planante de Billie Eilish.

Le Bruxellois de 34 ans a fait se retourner les 4 jurés, touché par l’émotion de cet habitué des concerts.

Il fallait saluer l’originalité de ce candidat, qui rejoint l’équipe de Loïc Nottet pour la suite de l’aventure.