Ces théories du complot qui accompagnent le coronavirus

À l’instar du Covid-19, de nombreuses rumeurs et théories du complot se sont rapidement propagées à travers les réseaux sociaux afin de mettre en doute, entre autres, l’origine du virus.

A.
Ces théories du complot qui accompagnent le coronavirus
Le coronavirus est à l’origine de nombreuses rumeurs, «fake news» et autres théories du complot. ©Reporters (Illustration)

Un virus créé en laboratoire. Le résultat d’un complot imaginé par Bill Gates afin de réduire la population mondiale. Des traitements simplistes mais gardés secrets pour enrichir les laboratoires pharmaceutiques. Depuis quelques semaines, le Covid-19 provoque une épidémie de «fake news» et de théories fantasques sur les réseaux sociaux. À tel point que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) évoque une «infodémie massive».

Si elles prêtent parfois à rire, ces théories du complot et autres «fake news» liées au coronavirus ne sont pas pour autant inattendues, comme l’assurent de nombreux spécialistes dont Sebastian Dieguez, psychologue à l’université de Fribourg (Suisse) et auteur de «Total bullshit! Au cœur de la post-vérité».

+ À LIRE | Antibiotiques, UV, cocaïne et urine: ces idées reçues pour contrer le coronavirus

À l’instar du choléra qui était vu par certains, au milieu du 19e siècle, comme un virus façonné par la bourgeoisie pour éliminer les ouvriers, le coronavirus est «le genre de phénomène qui, historiquement, se prête particulièrement aux théories du complot», estime Sebastian Dieguez sur le site du «Point».

«C’est une crise dont on parle beaucoup, mais qui reste assez mystérieuse, soit le schéma classique de leur émergence, explique le psychologue de l’université de Fribourg. Les épidémies, on n’en connaît pas le responsable, du moins dans un premier temps, et le mécanisme est invisible. On a ce qu’on appelle le système immunitaire comportemental qui se met en place pour, de manière pas forcément efficace, se protéger de l’épidémie. Il s’appuie sur des théories du complot: le danger vient de l’inconnu, donc on s’en méfie, on s’en défend […] Dans cette épidémie moderne, le complotisme va aussi s’activer parce que les autorités vont donner des consignes contradictoires ou chercher à cacher des informations comme en Chine. C’est le syndrome de Tchernobyl. Sans compter qu’il y a aussi les fausses informations divulguées, souvent par la Russie, pour semer la confusion face au discours des autorités.»

+ À LIRE | Washington accuse la Russie de désinformation en ligne sur le coronavirus

Certainement boostées par le fait que l’épidémie mêle désormais les autorités du monde entier et que personne n’est encore capable d’y apporter une solution définitive, les rumeurs entourant le coronavirus se multiplient. Symbole d’une panique partagée par tous. Et d’une volonté délibérée de certains de servir leurs intérêts…

«La majorité des acteurs à l’origine de ces fausses nouvelles se moque que vous y croyiez ou pas. Ils utilisent juste cette épidémie comme un vecteur idéal pour parvenir à leurs fins, qu’il s’agisse de générer des revenus ou de susciter la méfiance, estime Carl Bergstrom, professeur à l’université de Washington et spécialiste de la désinformation en ligne. Et puis vous avez les opérations en cours pour affaiblir les démocraties, et donner l’impression qu’on ne peut faire confiance à personne. C’est la stratégie du tuyau d’arrosage (inonder avec de la propagande, NDLR), fréquemment employée par la Russie, notamment.»