L’identité électronique «itsme», c’est déjà mal parti

Moins de 24 heures après son lancement, l’application itsme, véritable identité électronique validée par le gouvernement fédéral est déjà plantée. Un sacré ratage au démarrage…

Alain Wolwertz
L’identité électronique «itsme», c’est déjà mal parti
Hier, pour le lancement de l’application itsme, tout le monde avait le sourire. Aujourd’hui, c’est déjà la soupe à la grimace. ©BELGA

Lancée en grande pompe hier par les ministres fédéraux Jan Jambon et Alexander De Croo, l’application développée avec les quatre principales banques du pays et les opérateurs de téléphonie mobile Telenet, Proximus et Orange est déjà plantée…

L'application, première du genre et qui doit faire office de véritable identité digitalesécurisée n'est plus téléchargeable sur l'Apple Store et Google Play.

Les commentaires des internautes qui ont tenté de le faire en disent long: «not working», «fail», «inutilisable», «application prometteuse mais ne fonctionne pas», «rien ne va comme prévu»,….

Bref, la notation sur l’Apple Store est au plus bas et on peut parler d’un véritable plantage pour une application dont le développement a coûté une vingtaine de millions d’euros.

«On a trop de demandes de téléchargements»

Du côté de Belgian Mobile ID, le consortium des banques et des opérateurs téléphoniques qui ont porté le projet, on explique que le serveur a été submergé.

«On a eu trop de demandes de téléchargements et ça s'est planté, admet-on. Jusqu'à hier soir, tout fonctionnait parfaitement.»

Les techniciens sont au travail et Belgian Mobile ID espère que la situation sera rétablie en fin de journée.

Si ces problèmes peuvent être assimilés à une maladie de jeunesse et que cela n’enlève rien à la pertinence du projet, un tel ratage dès le départ fait évidemment mauvais genre et risque de compromettre le crédit d’une application qui ne pourra se développer que plus le nombre de partenaires (commerces en lignes, institutions, banques, assurances,…) à y adhérer sont nombreux. Et pour cela, faut-il que les utilisateurs soient satisfaits du produit…

Pourquoi lancer si tôt si tout n’est pas prêt?

Autre raté d’entrée de jeu pour l’identité électronique belge: l’impossibilité de l’utiliser pour accéder à son application bancaire.

Plutôt gênant quand on sait que les quatre banques principales du pays sont les partenaires du projet et que l’une des premières utilités d’itsme est précisément de pouvoir gérer ses finances avec cette identité électronique avec mot de passe unique…

En réalité, explique-t-on aujourd’hui du côté de Belgian Mobile ID, les banques partenaires ne sont actuellement arrimées à l’application itsme que pour l’authentification de l’identité de l’utilisateur.

Quant à l’accès aux applications des banques concernées avec le mot de passe unique d’itsme, il ne sera effectif que dans les prochaines semaines (juillet pour ING et Belfius et fin de l’été pour les autres)…

Lors de la conférence de presse de mardi, les choses n’étaient pas aussi claires et c’est d’ailleurs la facilité d’utilisation pour gérer ses comptes bancaires qui a été mise en avant.

À ce stade, l’application itsme n’est donc encore utilisable que pour des accès aux applications de la société d’interim randstad, la plateforme de gestion administrative doccle, l’application boursière Bolero, le fournisseur de solutions de cloud ClearMedia, la boutique de services numériques de Proximus, Enco et la plateforme IT de Rombit.

Bref, pas vraiment des outils grand public…

Dès lors, on peut se demander s’il n’y a pas eu trop d’empressement à lancer cette identité digitale. «C’est l’histoire de l’œuf et de la poule, dit-on chez Belgian Mobile ID. Nous avons déjà beaucoup de partenaires intéressés mais plus il y aura d’utilisateurs qui téléchargeront l’application, plus d’autres partenaires seront intéressés.»

À condition évidemment que le téléchargement fonctionne. Et là, on l’a dit, c’est mal parti…

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...