Attentat à Nice: l’application d’alerte du gouvernement trop lente

L’application d’alerte du gouvernement français a été critiquée pour sa lenteur dans le cadre de l’attentat qui s’est déroulé à Nice, hier soir.

Attentat à Nice: l’application d’alerte du gouvernement trop lente
L’alerte du gouvernement français n’a pas fonctionné correctement hier soir. ©Reporters (Illustration)

Les utilisateurs de l’application SAIP (système d’alerte et de protection des populations, en français) ont cru rêver hier soir lorsqu’ils ont reçu l’alerte officielle indiquant un attentat à Nice. Et pour cause, celle-ci est tombée vers 1h30, soit plus de deux heures après l’attaque sur la promenade des Anglais.

Lancée le 8 juin par le gouvernement français après les attentats du 13 novembre, cette application se veut être un complément aux autres médias officiels. Malheureusement, hier soir, elle n’a pas tenu son rôle de relais d’information sûre pour les citoyens. Résultat des courses? Elle a été vivement critiquée sur les réseaux sociaux.

Envoyée dans les 15 minutes qui suivent l’accord de la préfecture locale, l’alerte de la SAIP a beaucoup moins bien fonctionné que l’outil Safety Check de Facebook qui permet surtout de rassurer ses proches sur le réseau social.