Stromae, 5e Européen le plus influent selon Politico

Stromae est-il l’un des Européens les plus influents? C’est l’avis du média américain Politico, qui le classe parmi ses 28 personnalités 2015 du Vieux Continent. La star belge y côtoie surtout des politiciens, des activistes et des entrepreneurs.

J. R.
Stromae, 5e Européen le plus influent selon Politico
stromae ©Politico

Ils sont 28. Un évêque polonais et une drag-queen irlandaise, un Premier ministre hongrois et une princesse néerlandaise, une commissaire à la concurrence danoise et une licorne de l'internet estonien, une juriste humanitaire maltaise et un pilote de l'extrême slovène. Ils sont 18 hommes et 11 femmes. Et parmi eux, un chanteur belge : Stromae.

La superstar bruxelloise est le seul artiste repris dans le Politico 28. Ce classement qui se veut annuel dresse une liste des 28 personnalités les plus influentes d'Europe en 2015. Il est établi par Politico, un média politique américain très influent implanté depuis avril en Europe, à Bruxelles. Pourquoi 28? Parce qu'il reprend une tête de pipe par pays de l'Union. Attention: il ne s'agit pas d'hommes et de femmes «qui n'attirent l'attention que par le statut du bureau qu'ils occupent», prévient le média, même s'il reprend certains politiciens.

«Imaginez Tintin qui lance des rimes alors qu’il danse le moonwalk à la Michael Jackson et vous aurez une idée du charisme de Stromae», résume Politico dans la bio qui justifie la 5e place sur 28 de «notre» Paul Van Haver.

stromae_luke_walker.jpg
stromae_luke_walker.jpg ©Luke Waller / Politico

«Bizarre mixité belge»

Pourquoi choisir le musicien né à Etterbeek dans ce top où il côtoie le Hongrois Viktor Orban, l’Écossaise Nicola Sturgeon, la Française Isabelle Falque-Pierrotin ou l’Espagnol Albert Rivera? «Les Belges ont de bonne raison d’aimer Stromae», croit savoir Politico. «Il personnifie la bizarre mixité socioculturelle belge: il offre quelque chose pour chacun dans un pays connu pour son fractionnement», détaille le média américain, entre une comparaison éculée avec Brel et une brève description de son style musical, hybride entre «les derniers grooves électroniques, la chanson triste et les problèmes sociaux traités avec humour».

Et Politico ne peut évidemment résister à comparer Stromae au pansement qu’appliquent les Belges sur leur estime durement meurtrie des derniers mois. «À une époque ou la Belgique fait les gros titres pour être le paradis des terroristes, Stromae offre de l’espoir comme ambassadeur de bonne volonté pour le pays, et en particulier de son multiculturalisme».