Propos d’Éric Zemmour: «Du second degré», assure RTL France

La radio française a affirmé ce mardi que les propos tenus par Éric Zemmour, qui avait affirmé plus tôt dans la journée qu’il faudrait «bombarder Molenbeek», devaient être pris «au second degré».

Face aux nombreuses réactions outrées à la chronique radiophonique d'Éric Zemmour mardi matin, la direction de RTL France a contacté la bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepmans, rapporte le porte-parole de cette dernière. Les propos du polémiste français doivent être pris au second degré, assure la radio. Sur les ondes, Éric Zemmour avait appelé la France à «bombarder Molenbeek» plutôt que Raqqa en Syrie.

«Au lieu de bombarder Raqqa, la France devrait bombarder Molenbeek d’où sont venus les commandos du vendredi 13. Mais les frontières entre pays européens ne servent plus à rien depuis les accords de Schengen, elles sont ridicules comme les douaniers», avait scandé M. Zemmour dans la matinale d’Yves Calvi.

Largement relayés par les médias belges, ces propos ont scandalisé la bourgmestre de Molenbeek (MR), qui parle d’un «dérapage». «Je suis la première à reconnaître les problèmes de Molenbeek, mais il faut agir pour les résoudre et non pour les enfoncer. Ce n’est pas le moment de faire des amalgames», a-t-elle réagi mardi après-midi auprès de l’agence Belga.

«Démontrer que les bombardements en Syrie ne servent à rien»

«La direction de RTL France nous a appelés pour assurer que c’était du second degré et dire qu’il ne fallait pas retirer la phrase de son contexte», a fait savoir peu de temps après le porte-parole de la bourgmestre.

«L’objet de la chronique d’Éric Zemmour était de démontrer que les bombardements français en Syrie ne servaient à rien tant que les frontières intra-européennes ne seraient pas rétablies. Comment peut-on imaginer qu’Éric Zemmour ait sérieusement appelé à bombarder cette commune bruxelloise?», a également précisé la radio dans un communiqué.

«On ne va quand même pas bombarder Molenbeek, je vous rassure», avait déjà réagi en direct le présentateur Yves Calvi après la chronique de l’essayiste controversé.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.