L’évolution de la beauté féminine depuis 3000 ans

Les standards de beauté n’ont jamais été immuables. Tout au long de l’histoire et selon les endroits, les physiques les plus attrayants ont varié, parfois du tout au tout.

T. B.

C’est le buzz du moment. Cette vidéo réalisée par le site buzzfeed retrace l’évolution de la beauté féminine de l’Égypte antique jusqu’à nos jours, soit plus de 3000 ans d’histoire.

Importance de la symétrie faciale, des courbes généreuses, un style de coiffure, une taille marquée... Chaque aspect peut avoir son importance selon l’époque. Petit tour d’horizon.

Égypte antique

Les représentations artistiques de cette époque nous apprennent que les longs cheveux tressés étaient un aspect important de la beauté féminine. Ces tresses devaient dessiner un visage très symétrique, et les femmes se maquillaient avec du khôl noir autour des yeux. Les femmes sont représentées comme étant minces, avec une taille haute et des épaules fines.

Grèce antique

À l’époque, le philosophe Aristote qualifiait les femmes «d’hommes déformés», montrant que la culture de la Grèce antique était davantage centrée sur «l’homme» et sa propre beauté. Les femmes devaient donc avoir honte de leur corps si elles n’étaient pas assez «masculines». La nudité était très présente dans l’art grec représentant l’homme, mais la femme était plus souvent «couverte». La première sculpture importante d’une femme nue était l’aphrodite de Cnide, qui montre une femme pulpeuse, voire plutôt ronde.

Dynastie des Han

Durant la période de dynastie des Han, la beauté féminine se représente par un corps élancé, la peau très claire, de longs cheveux noirs, une bouche rouge, des dents blanches, de grands yeux et une démarche gracieuse avec de petits pieds. Ce dernier aspect compte encore énormément dans les canons de beauté chinois.

Renaissance italienne

La beauté d’une femme à cette époque se marque par un corps plutôt pulpeux, des hanches larges et une poitrine généreuse. La peau claire, les cheveux blonds et un front haut sont les critères de beauté qui ressortent.

L’Angleterre victorienne

L’époque montre l’importance de la reine Victoria, l’une des figures les plus marquantes de son temps, qui a donc aussi influencé les standards de beauté. Le style de l’époque montre l’importance de la maternité. Les longs cheveux symbolisaient la féminité et les femmes de l’époque portaient également des corsets très serrés pour marquer leur taille.

Les années folles

Les femmes des années 20 sont plutôt favorables à un look androgyne, minimisant leur taille et portant des soutiens-gorge qui aplatissent leurs seins. Les critères de beauté des années folles montrent des corps sans trop de formes, presque enfantins.

L’âge d’or d’Hollywood

Durant l’âge d’or d’Hollywood, de 1930 à 1950, les formes font leur retour. Le style de l’époque se répand mondialement et est incarné à la perfection par Marilyn Monroe, aux courbes généreuses, avec une taille marquée, formant un corps en «sablier».

Les années 60

Les femmes bénéficient d’un mouvement de libération important. Le «Swinging London» marque une empreinte importante dans le monde de la mode notamment, qui façonnera les canons de beauté des femmes, qui passent des courbes à la finesse.

L’ère des «supermodels»

Les mannequins comme Cindy Crawford influencent l’idéal féminin des années 1980: grande, fine, athlétique, mais toujours plantureuse. Le bronzage devient important.

Héroïne chic

La mode fait volte-face dans les années 1990. Kate Moss incarne parfaitement le style «héroïne chic». La femme idéale est plus mince, la peau est très pâle et le côté androgyne revient en force.

Beauté postmoderne

Les canons de beauté dans les années 2000 deviennent compliqués et les exigences se multiplient. Les femmes doivent être maigres mais en bonne santé, avoir des seins généreux et des fesses rebondies tout en ayant un ventre plat etc. En conséquence, la chirurgie esthétique explose.

L’évolution de la beauté féminine depuis 3000 ans

Toutes ses transformations montrent surtout que l’idéal de beauté féminin n’est qu’une construction d’une société à un moment donné, qui peut varier du tout au tout en peu de temps. Les critères souvent éphémères se déconstruisent au fil des modes, laissant finalement chacun définir ce qu’il recherche dans son propre idéal de beauté.