Metz-Zaventem, le voyage en absurdie de Michael, Français et prof d’allemand

La Belgique révèle de sacrées surprises à ses visiteurs. Exemple avec Michael, professeur d’allemand à Longwy. Début août, il s’est envolé de Zaventem. Un voyage en… absurdie. Son récit.

Pas simple pour un voyageur ou touriste de s’y retrouver dans notre pays. Trois communautés, trois langues et (presque) autant de plaques de signalisation. Ce lundi, coup de gueule adressé par Michael, Français originaire de Metz.

Début août, ce professeur d'allemand dans un collège de Longwy s'est envolé en vacances de l'aéroport de Zaventem. Dans un mail adressé à notre rédaction (*), il nous explique ses tribulations….

«L'union fait la force… faites-moi rire! Où mieux qu'en Belgique peut-on voir un conflit communautaire? », s'exclame Michael Barth avant d'entrer dans le vif du sujet…

«En l’espace d’un centimètre, Namur et devenue Namen »

« De Metz, je suis passé par le Grand-Duché du Luxembourg avant d'entrer en territoire belge francophone, raconte le Français. En Wallonie, tout est écrit en français. Mais rien qu'en français. Cela ne m'a pas frappé étant donné qu'il s'agit de ma langue maternelle. Province du Luxembourg, province de Namur, province du Brabant wallon, passage à proximité de villes qui m'ont fait sourire: Bouge, Champion, Jambes… »

Puis, d’un coup, Michael Barth dit être apparemment arrivé dans un autre pays, où la langue latine est devenue germanique.

«La province Vlaams-Brabant me souhaite gentiment la bienvenue " Vlaams-Brabant heet u welkom ", observe-t-il. Et j'ai remarqué qu'en l'espace d'un centimètre Namur est devenue Namen, Liège Luik, Bruxelles Brussel. Comme si les Flamands étaient déterminés à effacer toute trace francophone de leurs ennemis de longue date, les Wallons. »

Une situation valable dans les deux sens, regrette notre interlocuteur. «Au retour, Brussel redevient uniquement Bruxelles, Namen et Luik ne s'appellent plus que Namur et Liège! Quel bonheur pour un Français de déduire le nom néerlandais des villes wallonnes et quelle joie pour un Néerlandais de déduire le nom français des villes flamandes. A la frontière, pourquoi ne pas mettre un panneau " Avez-vous pensé à votre répertoire? "/" Heeft u aan uw notitieboekje gedacht? "»

«Où est passé l’allemand, votre 3e langue officielle? »

Pointant une caractéristique de notre royaume, Michael Barth se fait alors un peu plus mordant

«Ôtez-moi un doute: les langues officielles du Royaume de Belgique ne sont-elles pas le français ET le néerlandais ET l'allemand?, demande-t-il. Enfin… L'allemand? Une langue officielle en Belgique? Laissez-moi rire! A l'aéroport, les annonces sont faites en néerlandais (normal), en français (normal), en anglais (normal) et… c'est tout (anormal)! Où est l'allemand, troisième langue officielle? Disparue! »

Et d’envisager, non sans une pointe d’ironie, les éventuels motifs de pareille disparition.

«Sans doute parce que la région germanophone se situe dans une contrée si lointaine de l'aéroport que les autorités aéroportuaires n'ont pas jugé nécessaire de la mentionner!, se demande le Français. Ou bien est-elle trop insignifiante aux yeux des Wallons et des Flamands? Sankt Vith ou Eupen sont probablement des noms de villes dont la consonance paraît bien trop exotique aux oreilles du reste des Belges. »

«Sinon, la Belgiquen’est qu’une farce »

Mais revenons à l'aéroport. Ou du moins à la navette menant du parking discount à l'aéroport. « Aucun écriteau en français sur le fait que la porte, en s'ouvrant, peut coincer les doigts, se désole Michael Bach. Rassurez-moi, tous les Flamands parlent le français et tous les Wallons parlent le néerlandais? Sinon, la Belgique n'est qu'une farce surtout au vu de votre devise " nationale ".»

Autre facteur de désarroi, le fait que la majeure partie du personnel de l’aéroport soit néerlandophone?

«Je sais bien qu'il se trouve en territoire néerlandophone mais il est tout de même à une poignée de kilomètres de Bruxelles, ville où la langue majoritaire est le français, constate Michael. J'avoue, ils parlent le français, mais quel français. Tranché au couteau, bourré de fautes! Est-ce bien sérieux? Ne vérifie-t-on pas le niveau de français selon le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) lors du recrutement? »

«Fous poufez parler la français afek moi »

Le professeur d'allemand ne les comprenait tellement pas qu'il dit s'être mis à parler le peu de néerlandais dont il avait encore le souvenir. «J'ai sans doute su inconsciemment que la langue allait me servir à l'aéroport quand j'ai pris l'option " Néerlandais " à l'université de Metz il y a 11 ans. »

Et là, grosse surprise! «Je me suis rendu compte que j'avais vexé voire froissé le personnel en switchant de langue?!»

«Mèèèèèè scheuh parler français, fous poufez parler la français afek moi», m'a-t-on ainsi répondu d'un air hautain…

La conclusion de Michael? «Tout cela pour vous dire que la Belgique est loin, très loin, d'être un pays uni, ne serait-ce que par la/les langue(s). »

(*) Pour nous écrire: lecteurs@lavenir.net