À quoi ressemblerait Barbie avec un vrai corps de femme?

La célèbre poupée Barbie n’en a pas fini avec ses détracteurs. Les mensurations de la belle blonde sont une nouvelle fois critiquées. Pour monter à quoi ressemblerait Barbie avec un vrai corps de femme, un artiste américain a tout simplement créé une autre poupée.

A.N.

À quoi Barbie ressemblerait-elle si ses mensurations étaient calquées sur la réalité? C’est la question que s’est posé Nickolay Lamm, un artiste américain.

Pour y répondre, rien de tel que du concret. Nickolay Lamm a donc «tout simplement» créé une «vraie» Barbie en 3D inspirée d’un vrai corps de jeune femme. Il s’est basé sur les mensurations d’une Américaine moyenne de 19 ans récoltées par le «Center for Disease Control» (Le Centre pour le Contrôle des Maladies).

L’expérience est parlante. Les différences entre les deux poupées sont énormes. La Barbie «humaine» a un cou, des épaules, une taille et des hanches plus larges. Le ventre est moins plat, les jambes sont plus courtes, le visage est beaucoup plus rond.

Outre ces différences, l’incroyable minceur de Barbie est également épinglée. Ne correspondant en rien à la «réalité humaine» : bras, jambes, poignets, chevilles, mains, pieds, fesses… la poupée inspirée de la vraie femme est incontestablement plus large que la Barbie de Mattel.

Après avoir réalisé son expérience, Nickolay Lamm s’est demandé pourquoi le créateur de Barbie n’utilisait pas des mensurations «normales» pour créer sa poupée.

«Beaucoup de gens disent que nous ne devrions pas critiquer Barbie parce qu’elle n’est qu’un jouet» a expliqué Nickolay Lamm à plusieurs médias. «Cependant, si il y a une toute petite chance pour que les mensurations de Barbie affectent négativement les jeunes filles, pourquoi ne pas créer cette Barbie «normale»?»

Cette remise en question de l’influence du corps de Barbie sur les jeunes filles et sur leurs habitudes alimentaires revient régulièrement dans les débats. Une telle expérience vise à montrer que le corps de Barbie n’est tout simplement pas humain et qu’il ne sert à rien de vouloir lui ressembler.