Une poignée de petits partis et de mouvements «citoyens» veulent promouvoir les droits politiques - 21/11/2017 14:00:19

POLITIQUE -

Ces militants, parfois déjà implantés sur le terrain local en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie, se sont retrouvés via les réseaux sociaux.



Une poignée de petits partis et mouvements «citoyens» du nord et du sud du pays ont lancé mardi à Namur une «Plate-forme des droits politiques» pour promouvoir le référendum et le droit d’initiative, sur le modèle helvétique.

Ces militants (Parti Référendum, Democratie Belgium, Democratie Nu!, Mouvement Citoyens libres, Nous Citoyens, Gouvernement de concordance, Petite Maison du Peuple), parfois déjà implantés sur le terrain local en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie, se sont retrouvés via les réseaux sociaux.

Ils se sont groupés pour réclamer l’instauration des droits de référendum et d’initiative citoyenne (proposition de projets par les citoyens, dont doivent s’emparer les autorités) à tous les niveaux de pouvoir (communal, régional, fédéral). Ces droits seraient soumis à des balises (respect du droit supérieur, unicité de la matière et caractère réalisable du projet).

Conscients de la nécessité de modifier la Constitution pour y parvenir, ils jugent prioritaire que le Parlement fédéral ouvre à révision les articles constitutionnels concernés, à la fin de cette législature. Ils ne comptent pas se présenter sous une bannière commune aux prochains rendez-vous électoraux, certains ayant déjà une identité reconnue.

«Nous avons des idées parfois très différentes sur le plan politique, mais nous nous rejoignons sur le fait que ces idées doivent être débattues par référendum», résume Olivier Rubbers, l’un de ces militants, par ailleurs connu pour son engagement en faveur de la réintroduction du castor en Wallonie.

Aux yeux de ceux-ci, les projets de consultation populaire en Wallonie et les procédures parlementaires permettant depuis peu aux citoyens de se prononcer sur les projets législatifs ou forcer les députés à débattre de pétitions, etc, sont insuffisants bien que positifs.

(Belga)