Le mois d’août 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps - 31/07/2016

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en août 2006, 1996, 1986, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.



2006 La Plage – Coup de boule

En 2006, la Coupe du monde a lieu en Allemagne. Après un parcours difficile en poule (deux nuls et une victoire), la France peut compter sur un Zidane (34 ans) vieillissant mais toujours aussi déroutant. Après avoir battu l’Espagne, le Brésil et le Portugal, la France se retrouve face à l’Italie en finale. Et là, c’est le drame: insulté par Marco Materazzi, Zidane réagit en donnant un coup de tête sur le thorax de son adversaire. Résultat: carton rouge et exclusion de Zizou… Côté musique, Sébastien Cauet cartonne avec sa chansonZidane y va marquer, dont le refrain accompagne alors les jingles publicitaires de TF1 avant les matches. Mais suit au coup de tête de Zidane, le groupe La Plage – composé des publicitaires Emmanuel et Sébastien Lipszyc et Franck Lascombes réagit en reprenant la chanson de Cauet pour y ajouter ce fameux «coup de boule» et le tourner en dérision. Le titre devient rapidement un tube, supplantant la chanson de Cauet.

L’info pour faire le malin. En 2007, pour la Coupe du monde de rugby, Cauet adaptera sa chanson en Chabal va les manger. La même année, La Plage proposera EPO, Te Quiero, en référence au dopage au Tour de France, mais sans vraiment de succès.

1996 Fugees – Killing me softly

La fin du mois d’août 1996 est particulièrement pourrie au niveau météo. Les dix derniers jours du mois, on bat même des records à Uccle avec 158,8 mm de pluie! Dans cette grisaille, un tube se hisse en tête des hit-parades. Il s’intitule Killing me softly et est interprété par les Fugees, groupe formé par la chanteuse américaine Lauryn Hill et de deux amis d’enfance haïtiens immigrés aux USA (d’où le nom de Fugees) Wyclef Jean et Pras Michel. C’est grâce à Ronald Khalis Bell, musicien et membre fondateur du groupe Kool & The Gang, que les Fugees se forment en 1989, sous le nom de The Rap Translators. Killing me softly est en fait une reprise d’une chanson de la chanteuse de soul Roberta Flack. Elle figure sur l’album The Score qui se classera numéro un dans plusieurs pays et figure parmi les albums de rap/R&B majeurs des années 90. Le groupe ne résistera pas au succès et se séparera en 1997.

L’info pour faire le malin. En 1973, Gilbert Montagné chantera une version française de Killing Me Softly with His Song, intitulée Elle chantait ma vie en musique. Elle a été écrite par Eddy Marnay. Il existe aussi une version en allemand (Das Lied meines Lebens), en italien (Mi fa morire cantando), en espagnol (Matándome suavemente) et aussi en finnois, que l’on vous offre – on ne recule devant rien – dans une version karaoké (Jokainen päivä on liikaa)…

1986 Wham! – The Edge of heaven

Parmi les formations pop anglaises qui ont du succès en ces années 80, Wham! figure au top, aux côtés de Duran Duran ou Culture Club. Le duo formé de George Michael et Andrew Ridgeley aligne les N°1 dans les hit-parades entre 1982 et 1986: Wake Me Up Before You Go-Go, Careless Whisper, Freedom, Last Christmas… Mais en 1986, le duo comment à battre de l’aile, chacun voulant mener une carrière solo. Michael et Ridgeley sortent leur deuxième album baptisé The Final qui comporte le titre The Edge of Heaven qui se hisse immédiatement en tête des charts. Elle est considérée comme une chanson d’adieu du groupe. L’année suivante, George Michael lancera sa carrière solo avec l’album Faith, qui se vendra à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde.

L’info pour faire le malin. En cinq années d’existence et trois albums, Wham! (rebaptisé Wham! UK aux États-Unis pour ne pas confondre avec un autre groupe homonyme) a vendu presque 20 millions de disques dans le monde et entre 10 et 15 millions de singles.

1976 Jeanette – Porque te vas

En août 1976, la grosse canicule de fin juin-début juillet est passée, mais la sécheresse persiste. Une chanson pop rafraîchissante – mais aux paroles sombres quand on les traduit en français – vient égayer les ondes: Porque te vas, interprétée en espagnol par une certaine Jeanette. Inconnue chez nous, cette Jeanette (Jeanette Dimech de son nom complet) a déjà eu un certain succès en Espagne en 1971 avec la chanson Soy Rebelde. En 1974, José Luis Perales, spécialisé dans les ballades, lui écrit Porque te vas, dont la sortie se passe plutôt de façon anodine. Mais en 1976, le réalisateur Carlos Saura sort le film Cría cuervos(Élève des corbeaux) dans lequel il intègre Porque te vas à la bande-son. Grand Prix du jury à Canne en 1976, le film donne un nouveau départ à la chanson de Jeanette, qui devient tube de l’été.

L’info pour faire le malin. Chanteuse espagnole, Jeanette est pourtant née à Londres. Durant son enfance, elle a vécu aux États-Unis. Avant de connaître le succès en Espagne, elle a vécu un petit temps à Vienne, où elle s’est mariée avec le musicien hongrois Laszlo Kristof.

1966 Michel Polnareff – Love me please, love me

En août 1966, Michel Polnareff détrône Adamo de la tête du classement du hit-parade avec Love me please, love me. Il s’agit du deuxième succès de Polnareff après celui de La poupée qui fait non quelques semaines plus tôt. Dans cette France moraliste dominée par les chansons yé-yé un peu bébêtes, Polnareff fait figure d’extraterrestre, avec à ses côtés des Gainsbourg, Dutronc, Antoine… Il instaure un nouveau souffle dans la chanson française et fait de la liberté sexuelle un de ses combats. Sur la face B de Love me please love me se trouve d’ailleurs L’amour avec toi… Son premier album au titre éponyme sortira même aux États-Unis, ce qui est plutôt rare à l’époque.

L’info pour faire le malin. Les paroles de Love me, please love me sont signées par Frank Gérald, pseudo de Gérald Biesel, et qui n’est autre que le beau-frère de Pierre Delanoë. C’est lui qui a aussi écrit La poupée qui fait non et qui écrira encore Sous quelle étoile suis-je né? et Ta ta ta ta en 1967.

M.U. (L'Avenir)