«Ça nous rapproche de nos collègues flamands»

C'est la troisième fois en un an que ce genre d'opération est mené. «Nous travaillons avec des équipes mixtes : Flamands-Francophones.Ça apporte une réelle plus value. Des liens se créent et vous mettez des visages sur des noms, se félicite un des participants. On en ressent déjà les effets dans les affaires que nous avons à traiter conjointement .»

Pour notre interlocuteur, ce n'est d'ailleurs pas pour rien que des observateurs fédéraux ont également participé à l'opération. «À Bruxelles, ils ont dû entendre parler de ces opérations conjointes et ils ont probablement voulu voir comment cela se déroulait sur le terrain avec cette poignée de fous », sourit-il. A. Wer.

Les plus consultés depuis 24h

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...