Flawinne : un château-jardin secret

Avec son splendide jardin à la française et son époustouflante vue sur Namur, le château de Flawinne est l'un des secrets les mieux gardés.

Samuel Husquin
Flawinne : un château-jardin secret
345765 ©(photo EdA)

Semaine de l'aménagement durable, journées du patrimoine, opération jardins ouverts... Quels que soient les thèmes et les prétextes, l'important, c'est de découvrir des joyaux méconnus. Situés parfois à quelques centaines de mètres de chez soi.

Nombreux sont ainsi les Flawinnois qui ignorent l'existence de « leur » château. Dimanche, l'occasion était donc rêvée pour partir à la découverte de ce site, acquis il y a 22 ans par le vicomte Olivier de Spoelberch. « Mon mari a eu directement le coup de foudre pour cet endroit. Moi, pas du tout », sourit la vicomtesse. La passion est donc venue progressivement. « Les jardins, on y a investi énormément de notre temps », expliquent ainsi les propriétaires de ce qui est également appelé le château David. Le résultat est tout simplement splendide.

« Ce sont des jardins à la française. La symétrie y est très importante. Mais on peut aussi se permettre l'une ou l'autre exubérance », explique la vicomtesse.

Le plâtre et les dorures

Un groupe d'une petite centaine de personnes écoutent, quasi religieusement, les explications d'Olivier de Spoelberch. « Le patrimoine est tellement beau. On ne peut pas se permettre de garder tout ça seulement pour soi », souffle-t-elle.

Un peu plus loin, son mari guide les visiteurs du dimanche vers un petit pavillon. « Il était complètement en ruines », souffle le vicomte. « Avec un compagnon français, j'ai appris à manier le plâtre et le stuc », signale le châtelain qui n'hésite pas à confier ses trucs et astuces. « En fait, je préfère créer que de restaurer », explique-t-il à une dame qui lui demande sur quelle base il choisit les couleurs des ornements. « Ces objets sont sans valeur, si ce n'est celle de mon travail. Ce qui me permet de ne pas trembler quand je laisse les portes ouvertes... » Le public tressaille par contre, mais de joie cette fois, en découvrant le panorama, en fond de propriété. Une vue sur Namur aussi imprenable que méconnue... Rien que pour ça, ça valait la peine d'organiser toute une semaine de développement durable.

Les plus consultés depuis 24h