Seul un wallon sur 4 prévoit du sans alcool pour ses invités, déplore l’AWSR

Matches de foot, Saint-Nicolas, Saint-Eloi: les occasions pour faire la fête vont se multiplier dans les prochaines semaines.

 Dans sa nouvelle campagne, l’AWSR invite les Wallons à ne pas laisser leurs invités conduire s’ils ont bu de l’alcool.
Dans sa nouvelle campagne, l’AWSR invite les Wallons à ne pas laisser leurs invités conduire s’ils ont bu de l’alcool. ©Syda Productions - Fotolia

"L’alcool, souvent présent lors de ces moments festifs, nous expose au risque d’accident, à moins de s’être organisés pour ne pas reprendre le volant", a communiqué mardi l’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière (AWSR) qui compte bien le rappeler aux usagers de la route.

Dans sa nouvelle campagne, l’AWSR invite les Wallons à prendre leurs responsabilités et à ne pas laisser leurs invités conduire s’ils ont bu de l’alcool. Son slogan: "ne laissez pas vos amis reprendre le volant".

Une enquête réalisée auprès de 1.022 Wallons révèle que la plupart sont conscients de cette nécessité et déclarent prévoir parfois une solution pour rentrer en sécurité lors d’une soirée: être ramené par un conducteur qui n’a pas bu (56%); limiter sa consommation d’alcool à un verre ou deux (48%); dormir sur place (32%) ou rentrer en transports en commun ou en taxi (16%).

"On a souvent l’impression que bien recevoir ses invités, c’est notamment leur proposer des boissons alcoolisées (...), en perdant de vue que certains invités devront conduire pour rentrer et que boire de l’alcool pourrait les mettre en danger", a indiqué l’AWSR par voie de communiqué.

Selon l’enquête, 29% des Wallons estiment qu’il n’est pas de la responsabilité de l’hôte de faire en sorte que personne ne reprenne la route en ayant trop bu. "Seuls 26% des Wallons prévoient des boissons festives sans alcool comme des bières 0% ou des mocktails et près d’un Wallon sur deux (44%) ne propose pas à ses invités de rester dormir pour profiter de la soirée en sécurité", a précisé l’AWSR. 

L’enquête révèle également que 62% des Wallons n’osent pas dissuader un proche qui a trop bu de reprendre le volant. "Pourtant, l’organisateur de la soirée a aussi un rôle à jouer", a conclu l’AWSR.