GSM au volant, pas assez de contrôles? «Punir ces infractions aux moyens de caméras performantes»

Afin de faire baisser le nombre de personnes en infraction avec leur GSM au volant, un projet pilote devrait être lancé début 2023.

A.P.
 Georges Gilkinet, le ministre de la Mobilité.
Georges Gilkinet, le ministre de la Mobilité. ©Montage ÉdA

En Belgique, sur nos routes, 1 conducteur sur 50 utilise son GSM au volant, selon la dernière enquête de Vias.

Une distraction qui cause environ 50 tués par an et 300 blessés graves.

Vias, l’institut pour la sécurité routière, espère que l’utilisation prochaine de caméras permettra de réduire ce phénomène.

Du côté de Georges Gilkinet, le ministre de la Mobilité, le constat est le même: "Rouler et utiliser son GSM ne vont pas de pair. En plus de mettre votre propre vie en danger, vous exposez celle des autres".

En plus de mettre votre propre vie en danger, vous exposez celle des autres

"Nous devons, les ministres régionaux et moi-même, agir de façon coordonnée, notamment au travers du plan interfédéral ‘All For Zero’dans lequel j’ai pris l’initiative de tester ces infractions aux moyens de caméras performantes", poursuit le ministre.

En 2023, un projet pilote devrait voir le jour avec des caméras qui repéreraient les personnes qui utilisent leur GSM au volant. La Wallonie, la Flandre et Bruxelles seraient toutes les trois concernées.

Et Gilkinet de conclure: "Un mort en moins sur nos routes est un pas de plus vers le 0".