Les astuces à connaître pour éviter de se faire voler son vélo

Bien choisir où et avec quel cadenas attacher son vélo est primordial pour éviter les vols. Chaque jour, plus de 300 vélos sont volés en Belgique.

Benjamin Watelle
 Les voleurs utilisent des outils pour se débarrasser des antivols de vélo en quelques secondes.
Les voleurs utilisent des outils pour se débarrasser des antivols de vélo en quelques secondes. ©Oleksandr Kozak – stock.adobe.co

Plus de 100000 vélos sont volés chaque année en Belgique. Cela représente plus de 300 vols chaque jour dans le pays. En 2019, le préjudice total des vélos volés chaque année était estimé à 144 millions d’euros. À Bruxelles, le risque de se faire voler son vélo est dix fois plus élevé qu’ailleurs en Belgique. La situation est telle que certaines compagnies d’assurances ne couvrent plus les vélos spécifiquement volés sur la voie publique dans la capitale.

Voici les principales astuces à retenir développées dans l’article:

1 - Attacher son vélo avec un antivol autour du cadre et de la roue avant.

2 - Ne jamais laisser son vélo non-attaché, même pour quelques secondes.

3 - Attacher son vélo dans un lieu très fréquenté pour dissuader les voleurs.

4 - Investir dans un cadenas lourd et résistant.

5 - Faire graver son numéro de registre national sur le vélo pour l’identifier en cas de vol.

6 - Déclarer immédiatement un vol à la police.

Bien attacher son vélo en toutes circonstances

Afin de limiter les risques de voir sa bicyclette disparaître , des associations d’usagers proposent sur leurs sites web des guides d’astuces pour sécuriser son vélo lorsqu’on le laisse dans un lieu public. C’est le cas du Groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens (Gracq), qui donne des conseils pour attacher correctement son vélo . Il est par exemple recommandé de trouver un point de fixation solide, d’utiliser correctement son antivol en attachant la roue et le cadre au point de fixation, et parfois même d’utiliser deux antivols pour plus de sûreté.

Il faut partir du principe que plus le voleur va avoir besoin de temps pour se débarrasser des cadenas, plus il sera exposé aux regards des passants et moins il y a de chances qu’il s’en prenne à votre vélo. Une des recommandations les plus importantes, bien qu’évidente, qu’on retrouve également sur le site de l’association Pro Vélo , c’est de toujours attacher son vélo pour éviter les mauvaises surprises. Même pour une course de quelques secondes, il ne faut jamais laisser son vélo non attaché dans la rue. Il suffit environ de trois secondes à un voleur pour enfourcher votre bécane et donner les premiers coups de pédale.

Il arrive que seulement une partie du vélo soit dérobée. Les pièces les plus fréquemment volées sont la selle et la roue avant, qui peuvent être démontées en quelques secondes. Il est plus sécurisé de mettre un antivol sur la selle, par exemple, pour dissuader les voleurs. Le Gracq recommande également de veiller à ne pas laisser sur un vélo stationné les accessoires comme les éclairages, les sacoches ou le GPS.

Le Gracq et Pro Vélo conseillent aussi aux cyclistes d’attacher leurs vélos dans des lieux publics très fréquentés pour dissuader les voleurs de sortir leurs outils devant les passants.

Le choix de l’antivol est primordial

Si posséder un antivol pour son vélo est la base de la sécurité, la plupart d’entre eux peuvent être découpés en quelques secondes avec les bons outils, comme le montre cette vidéo de la City police of London. On y voit aussi les outils fréquemment utilisés par les voleurs pour commettre leurs larcins. En moins de dix secondes, les antivols bon marché ne résistent pas aux pinces coupantes, scies à métaux, pieds de biches coupes boulons et disqueuses.

La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) a mené une étude comparative du niveau de sécurité de tous les antivols du marché, disponible sur son site web. Plus de 400 antivols ont été testés, de toutes les marques et de tous les types (antivols de cadre, en U, pliants, chaînes, câbles…).

L’antivol est un investissement à ne pas prendre à la légère pour sécuriser son véhicule, mais il a un coût financier et pratique non négligeable. "Un bon cadenas, ça pèse près d’un kilo et ça coûte 50 euros" , témoigne Luc Goffinet, chargé de Politique wallonne et fédérale pour le Gracq.

Faire graver son vélo pour le retrouver

Autre mesure pour dissuader les voleurs, il est possible de faire graver son numéro de registre national sur le cadre de son vélo avec un autocollant de la police autour comme l’explique l’association Pro Vélo. Le service est accessible dans les points vélo des gares d’Ottignies, Mons, Liège et Namur et permet à la police d’identifier et de retrouver le propriétaire d’un vélo volé.

"Ce qu’on attend, c’est un registre national des vélos" , indique Luc Goffinet. Le projet de créer une base de données regroupant tous les vélos de Belgique et leurs propriétaires est actuellement étudié par la Cour fédérale.

Que faire en cas de vol de vélo

Si malgré toutes les précautions, votre vélo se fait voler, il est important de déclarer le vol à la police. Il n’est pas nécessaire de se rendre au commissariat, la déclaration peut être faite directement en ligne sur policeonweb.be. "La police met sa priorité là où il y a le plus de délits. Si personne ne signale le vol de vélo, il n’y a pas de problème au niveau de la police" , commente Luc Goffinet. "C’est important pour les statistiques. Ça permet de voir l’évolution d’une année à l’autre ou d’une région à l’autre ", ajoute-t-il.

Selon les statistiques de criminalité de la police fédérale, 439 délits de vol de vélo ont été enregistrés à Bruxelles en 2021, 253 à Liège et 92 à Namur. "Il n’y a qu’un vol sur trois qui est déclaré, il faut savoir que ce n’est jamais qu’une partie du problème" , complète Luc Goffinet.

Pour continuer à développer la pratique du vélo en ville, enrayer les vols qui découragent les usagers est primordial. "Les gens qui ont eu un vélo volé, pour les nouveaux cyclistes, un tiers n’en reprend pas un nouveau et arrête de rouler à vélo", selon la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van Den Brandt, interrogée par la RTBF en mai dernier.

Depuis le 1er janvier 2022, la police peut infliger une amende immédiate de 250 euros aux voleurs de vélo qu’elle attrape sur le fait, en plus de les obliger à restituer le vélo à son propriétaire et à payer les éventuels dommages sur le véhicule. La mesure a été mise en place par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne pour accélérer le traitement de ces affaires.