Vias favorable à la proposition d’amendes «exponentielles» du ministre Gilkinet

Imposer des amendes plus sévères en cas d’excès de vitesse grave, comme proposé par le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet, est « une bonne idée », a estimé samedi auprès de Belga Benoit Godart, porte-parole de l’institut Vias.

Belga
 Il faut resserrer les mailles du filet, alors que trop de conducteurs et conductrices dangereux ne sont pas inquiétés par la justice, ajoute l’institut de sécurité routière.
Il faut resserrer les mailles du filet, alors que trop de conducteurs et conductrices dangereux ne sont pas inquiétés par la justice, ajoute l’institut de sécurité routière. ©galam - Fotolia

Il faut resserrer les mailles du filet, alors que trop de conducteurs et conductrices dangereux ne sont pas inquiétés par la justice, ajoute l’institut de sécurité routière.

Gilkinet veut envoyer " un signal clair à celles et surtout ceux qui s’estiment autorisés à mettre la vie des autres en danger en roulant à des vitesses inappropriées". Sa proposition, soumise à ses collègues de la Justice et de l’Intérieur: imposer des amendes "exponentielles" pour les excès de vitesse supérieurs à 21 km/h. Actuellement, la logique est plutôt "linéaire", avec 56 euros d’amende pour les 10 premiers km/h au-dessus de la vitesse autorisée, puis 6 euros par km/h supplémentaire (hors agglomération) ou 11 euros (en agglomération).

"Neuf usagers de la route sur dix ne seraient pas concernés par cette mesure, qui ciblerait les 11% qui exagèrent vraiment", acquiesce Godart. "Les études ont démontré que, par exemple, rouler à 140 km/h au lieu de 120 sur l’autoroute doublait les risques d’être tué lors d’un accident. À 160 km/h, ce risque triple."

Vias aimerait même "aller plus loin". "Actuellement, si vous avez les moyens, vous pouvez payer tous les jours votre perception immédiate sans passer devant le tribunal. Idem avec l’alcool: vous pouvez présenter quotidiennement 0,5 à 0,8 gramme (par litre de sang, NDLR), vous payez tous les jours votre amende et ne serez jamais inquiété", déplore Godart.

Pour ferrer celles et ceux qui passent encore entre les mailles du filet, "on pourrait instaurer un système à point", comme le permis français, "ou un autre système", propose le porte-parole de Vias. "En ce sens, la Belgique se démarque des autres pays par son laxisme."