Météo : l’année 2022, la plus chaude de l'histoire grâce à un ultime record de température ce 31 décembre ? "Cela va se jouer à peu de choses"

Avec jusqu'à 17°C attendus en Belgique ce samedi 31 décembre, le dernier jour de l'année devrait battre un record de température et permettre à l'année 2022 d'être consacrée comme la plus chaude depuis 1833. On fait le point sur les chiffres avec Pascal Mormal, de l'IRM.

Florent Gobert
Illustration - Le dernier jour de l'année 2022 devrait être le 31 décembre le plus chaud jamais enregistré.
Illustration - Le dernier jour de l'année 2022 devrait être le 31 décembre le plus chaud jamais enregistré. ©Belga

Des maxima de 13 à 17°C un 31 décembre : non, vous ne rêvez pas, ce sont bien des températures habituellement réservées au printemps et au début de l'automne qui s'annoncent pour clôturer une année 2022 décidément exceptionnelle de bout en bout.

+ La météo dans votre région

Après une sécheresse qui a marqué les esprits cet été et de multiples records de température au cours de l'année, le dernier jour de 2022 pourrait battre un ultime record. "Même s'il faut rester prudent, nous sommes presque sûrs d'établir un nouveau record pour le 31 décembre, alors que le précédent avait été établi pas plus tard que l'an dernier avec 14 degrés. Si on arrive ne serait-ce qu'à 15°C ce samedi, on serait déjà 10 degrés au dessus des moyennes de saison", explique Pascal Mormal, météorologue à l'Institut royal météorologique de Belgique.

Avoir la Saint-Sylvestre la plus chaude durant l'année la plus chaude, ce serait un clin d'œil ironique de la part du climat.

- Pascal Mormal

Au-delà de ces températures inédites attendues pour le réveillon de la nouvelle année, cette douceur exceptionnelle devrait replacer l'année 2022 comme l'année la plus chaude depuis le début des relevés en 1833 et détrôner 2020. Et ce, principalement en raison des dix derniers jours, qui ont sensiblement fait augmenter la moyenne annuelle. "Cela va se jouer à peu de choses entre 2020 et 2022. On avait recensé 12,17°C de moyenne pour 2020, mais si les prévisions de ce samedi se confirment, on arriverait à 12,21°C de moyenne pour cette année. Avoir la Saint-Sylvestre la plus chaude durant l'année la plus chaude, ce serait un clin d'œil ironique de la part du climat. Mais qu'elle soit 1ère ou 2e, l'année 2022 restera exceptionnelle", ajoute-t-il.

Mais comment expliquer ce temps exceptionnellement chaud pour la saison ? Il s'agit simplement d'un changement de masse d'air qui touche notre pays. "Un anticyclone assez important concerne le bassin méditerranéen, tandis qu'un noyau dépressionnaire se situe au sud de l'Irlande. Entre les deux, il y a un couloir pris en étau par lequel remonte de l'air sud-tropical qui provient du Maghreb et des Canaries, et qui se rafraîchit très peu en chemin."

Si le changement climatique n'est pas responsable de cette météo atypique pour la saison, il cause néanmoins une aggravation du phénomène. "Ce genre de configuration se produit assez fréquemment. Mais comme la température mondiale se réchauffe petit à petit, on a des températures bien plus chaudes que celles enregistrées il y a 30 ou 40 ans dans la même configuration."

D'ultimes averses qui vont faire du bien dans une année trop sèche

Cette douceur de fin d'année est encore plus marquante quand on se rappelle que le thermomètre est descendu jusqu'à -17°C par endroits en Belgique au début du mois. "Les 20 premiers jours de décembre constituent la période la plus froide depuis décembre 2010 mais il n'y a pas eu de vague de froid officielle, ni de record absolu, loin de là", assure le météorologue de l'IRM.

La bascule s'est effectuée entre le 18 et le 19 décembre avec la fameuse soirée verglacée, suivie d'une soudaine hausse de 20 degrés en à peine 48 heures. Un redoux brutal qui a amené avec lui beaucoup de pluie. "Le mois de décembre, qui s'annonçait moins pluvieux qu'à l'accoutumée, devrait finalement être excédentaire. Avec les averses annoncées ce samedi, on devrait atteindre les 123 millimètres de précipitations pour décembre alors que la moyenne est de 87 millimètres. Et là encore, c'est dû aux 10 derniers jours de l'année."

C'est durant la période hivernale que les précipitations sont les plus bénéfiques pour les nappes phréatiques.

- Pascal Mormal

Une maigre consolation pour ce qui devrait être la 4e année la plus sèche depuis 1991. "En comptant les précipitations encore à venir, on recenserait 713 millimètres de précipitations en moyenne cette année, alors que la moyenne est de 837. C'est encore trop peu mais cette pluie de fin d'année est une bonne nouvelle, surtout quand on sait que c'est durant la période hivernale que les précipitations sont les plus bénéfiques pour les nappes phréatiques."

Quelle météo pour les premiers jours de 2023 ?

Après ce redoux pour les fêtes de fin d'année, les températures vont entamer une légère et progressive descente vers des normales de saison au début de l'année 2023. "On se situera dans une fourchette de 7 à 10°C avec un temps un peu plus sec, même si on attend encore un pic à 11-12 degrés la semaine prochaine. Durant la seconde quinzaine de janvier, on devrait assister à un retour des conditions hivernales avec notamment des chutes de neige en Ardenne", conclut Pascal Mormal.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...