Tempête Eunice en Belgique: le ministre Gilkinet réprimande le patron d’Infrabel

La décision tardive d’Infrabel de suspendre en partie le trafic ferroviaire a suscité des réactions sur les bancs politiques, étant donné que la tempête Eunice était annoncée depuis plusieurs jours.

Tempête Eunice en Belgique: le ministre Gilkinet réprimande le patron d’Infrabel

Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet n’a que moyennement apprécié l’annonce tardive d’Infrabel de suspendre le trafic ferroviaire sur une partie du réseau, ce vendredi après-midi en raison des intempéries. Il l’a fait savoir au patron du gestionnaire du réseau, Benoît Gilson.

Aucun train ne roulera entre 14 et 18h en Flandre occidentale ni dans une bonne partie de la Flandre orientale. Le trafic sera également à l’arrêt sur les grandes lignes autour d’Anvers. La décision tardive d’Infrabel a suscité des réactions sur les bancs politiques étant donné que la tempête Eunice était annoncée depuis plusieurs jours. Les autorités néerlandaises par exemple ont décidé jeudi de ne pas faire rouler leurs trains ce vendredi.

Pour le ministre de la Mobilité, la sécurité et l’information des voyageurs sont prioritaires, mais le vice-Premier Ecolo digère mal le timing de l’annonce, a fait savoir son cabinet. Le CEO d’Infrabel, Benoît Gilson, a entre-temps été rappelé à l’ordre et une réunion d’évaluation a été demandée dans les prochains jours.

Au sein de la majorité, le parlementaire Vooruit, Joris Vandenbroucke, a parlé d’amateurisme pour qualifier l’attitude des chemins de fer et d’un "couac incroyable". Kim Buyst (Groen) reconnaît également que la décision opérationnelle d’Infrabel arrive un peu tard.

Le député de la N-VA, Björn Anseeuw, dans l’opposition, a fait part de son mécontentement. "Apparemment, il est difficile dans ce pays d’anticiper sur des choses dont on sait qu’elles vont arriver", a-t-il commenté. Il constate également une annonce de dernière minute dans l’enseignement. Bon nombre d’écoles ont en effet décidé vendredi qu’elles fermeraient leurs portes dans l’après-midi.

Maria Vindevoghel, députée PTB, se demande aussi pourquoi la décision de suspendre le trafic ferroviaire n’a pas été prise jeudi. Comment est-ce possible que la SNCB ne décide que maintenant d’arrêter le trafic ferroviaire, alors que tout le monde a déjà quitté sa maison pour aller à l’école ou au travail....", écrit-elle sur Twitter.

Une préoccupation pour les voyageurs que partage l’organisation des navetteurs TreinTramBus qui, tout en estimant que la SNCB et Infrabel n’ont pas commis de grosse erreur, espère que les dispositions seront prises pour les voyageurs qui sont partis ce matin en train à l’école ou au travail.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.