Tempête Eunice: au moins huit morts en Europe

Avec des rafales violentes emportant toits et arbres et des vagues spectaculaires sur les côtes, la tempête Eunice, qui s’est abattue vendredi sur le Royaume-Uni avant d’atteindre le continent européen, a fait au moins huit morts et créé d’importantes perturbations.

Tempête Eunice: au moins huit morts en Europe

Des centaines de vols, trains et ferries ont été annulés dans tout le nord-ouest de l’Europe face aux vents d’une force extrême provoqués par Eunice, qui a déferlé moins de 48 heures après la tempête Dudley, qui avait fait au moins six morts sur le continent.

Aux Pays-Bas, quatre personnes ont été tuées, selon les services d’urgence néerlandais, par des chutes d’arbres ou dans des accidents lors du passage de la tempête, qui a déclenché son niveau d’alerte le plus élevé.

A La Haye, des dizaines de maisons ont été évacuées par crainte de l’effondrement du clocher d’une église.

En Irlande, premier pays touché, un homme de 60 ans est mort dans les mêmes circonstances dans le sud-est du pays, selon la police.

A Londres, une femme d’une trentaine d’années a été tuée dans l’après-midi par la chute d’un arbre sur la voiture dont elle était passagère, et un quinquagénaire été tué près de Liverpool (nord) alors que des débris ont heurté le pare-brise du véhicule à bord duquel il se trouvait, selon la police britannique.

En Belgique, un Canadien de 79 ans qui vivait sur un bateau dans le port de plaisance d’Ypres (ouest) est mort après être tombé à l’eau en essayant de récupérer des objets envolés, a rapporté la police locale à l’AFP.

En Angleterre, une rafale de 196 km/h a été enregistrée sur l’île de Wight, du jamais vu, tandis que d’autres ont été mesurées à plus de 110 km/h dans les terres, y compris à l’aéroport de Londres Heathrow.

Risque d’inondations

Des millions de Britanniques ont été appelés à rester chez eux par le service météorologique britannique, qui avait émis un niveau d’alerte rouge - le plus élevé - sur le sud-ouest de l’Angleterre, le sud du pays de Galles, mais aussi pour le sud-est dont Londres.

Les rues de la capitale, pour la première fois à ce niveau d’alerte depuis la mise en place de ce système en 2011, étaient inhabituellement calmes, tandis qu’une partie de la toile couvrant l’O2 Arena, où se déroulent concerts et compétitions sportives, s’est déchirée sous les rafales.

Dans le Nord de la France, six personnes ont été gravement blessées, et 17 plus légèrement, dans des accidents de la route liés au vent, des chutes ou à cause de chutes de matériaux.

Les fortes rafales de vent couplées aux marées hautes en cours font craindre des inondations, d’autant que des pluies abondantes sont attendues pour samedi.

Le trafic des ferries transmanche a été interrompu avant une reprise attendue en fin de journée, selon la compagnie P&O. Plus de 400 vols ont été annulés dans les aéroports britanniques, selon la société spécialisée Cirium.

La compagnie aérienne KLM a annulé plus de 200 vols au départ de l’aéroport Schiphol d’Amsterdam.

L’Europe en alerte

En Irlande, plus de 80.000 foyers étaient aussi privés d’électricité à la mi-journée, selon le réseau local ESB.

Après le Royaume-Uni, Eunice traversait le nord de l’Europe vers le Danemark, où les trains vont rouler au ralenti et le pont du Storebaelt, un des plus longs du monde, va très certainement devoir fermer pratiquement toute la nuit, a prévenu son exploitant.

En France, des vagues dépassant parfois neuf mètres ont été enregistrées en Bretagne (ouest), selon Météo France, ainsi que des rafales de vent atteignant localement 176 km/h au cap Gris-Nez (nord), selon l’observatoire privé des tornades Keraunos.

La compagnie française des chemins de fer SNCF a annoncé des perturbations sur ses lignes régionales. Le trafic ferroviaire était également très perturbé en Belgique, où de nombreuses écoles ont écourté la journée, dans le nord de l’Allemagne et aux Pays-Bas.

Eunice s’abat sur le nord de l’Europe après que ce continent a déjà été frappé par des tempêtes ces derniers jours, Dudley ayant fait jeudi cinq morts en Pologne et en Allemagne.

Alors que le changement climatique renforce et multiplie de manière générale les événements extrêmes, ce n’est pas si clair pour les vents et les tempêtes (hors cyclones), dont le nombre est très variable d’une année à l’autre.

Le dernier rapport des experts climat de l’ONU (Giec) paru en août estime, avec seulement un degré de certitude très faible, qu’il pourrait y avoir eu une augmentation du nombre des tempêtes dans l’hémisphère Nord depuis les années 1980.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.