COP21 : résolution sur la position belge approuvée

La Chambre a approuvé jeudi, majorité contre opposition, une proposition de résolution sur les priorités de la Belgique lors de la Conférence sur le climat de Paris.

COP21 : résolution sur la position belge approuvée

L’opposition ne s’est pas ralliée au texte, le jugeant insuffisant.

La proposition a fait l’objet de longs travaux en Commission. De nombreux amendements ont été déposés, certains retenus mais sans pour autant relever suffisamment le niveau d’ambition de la majorité, ont estimé les groupes politiques de l’opposition.

Le texte demande une réduction des émissions de CO2 de la Belgique de 15% par rapport à 2005 d’ici à 2020, une réduction des gaz à effet de serre d’au moins 80% à 95% en 2050 par rapport au niveau de 1990, de s’engager à ce que la Belgique sorte progressivement des énergies fossiles et «soit 100% énergie renouvelable» à une échéance non déterminée. Il plaide aussi pour un accord sur la répartition des objectifs climatiques («burden sharing») entre fédéral et Régions avant l’ouverture de la conférence, dans quelques jours. Les négociations sont toujours en cours, a précisé à ce sujet la ministre fédérale de l’Environnement, Marie-Christine Marghem.

Certains points ont suscité l’étonnement. A propos de la taxe sur les transactions financières, considérée comme une source de financement pour la politique climatique, la résolution insiste sur un accord dans le cadre des 28 États de l’Union européenne alors que jusqu’à présent, la Belgique s’est engagée dans la voie d’une coopération renforcée à 11 États. «C’est une marche arrière», s’est exclamé Jean-Marc Nollet (Écolo). Autre point de crispation: la contribution belge aux initiatives internationales limitées à 50 millions d’euros.

«Nous avons essayé d’avoir une résolution avant tout réaliste, avec un certain nombre d’objectifs atteignables», a expliqué l’un des initiateurs du texte, Damien Thiéry (MR).

«La Belgique se rendra à Paris avec un bonnet d’âne et les poches trouées», a regretté Laurette Onkelinx (PS).

Plusieurs membres de l’opposition ont salué l’ouverture affichée par le MR dans le débat, mais ils ont aussitôt pointé l’attitude d’autres partis de la majorité, en particulier la N-VA qui, à leurs yeux, a bloqué un certain nombre d’avancées. «Vous étiez en liberté surveillée», a lancé Michel de Lamotte (cdH) à M. Thiéry.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.