Moins d’eau et plus polluée

Plus de 1 milliard de personnes n’ont pas accès à une eau de qualité. Le réchauffement réduira encore la pluviométrie dans leurs zones mais aussi ailleurs.

«L’eau sera moins disponible en surface et dans les sous-sols autour de la Méditerranée, dans la Péninsule arabique, en Asie centrale et en Californie», prévoit le GIEC. Et si ailleurs il pleut plus, les risques de pollution industrielle ou biologique (multiplication de toxines dans une eau plus chaude) seront accrus. Enfin, les nappes phréatiques proches du littoral pourraient être salinisées par la montée des océans.