Pas de manifestation ? « On va trouver autre chose pour s’exprimer »

Le gouvernement français a décidé d’annuler la grande manifestation qui devait se tenir à Paris, entre les places de la République et de la Nation, dimanche 29 novembre. Olivier Hauglustaine, de SOS faim devait en être. Avec les autres participants, il cherche d’autres façons de manifester ses convictions.

Anne Sandront
Pas de manifestation ? « On va trouver autre chose pour s’exprimer »
FRANCE-EVNIRONMENT-COP21-CAR-FREE-DAY ©AFP

Olivier Hauglustaine, est-ce que vous aviez prévu un plan B, d’autres types d’actions?

Il faut qu’on se concerte avec les organisations civiles belges. L’objectif, c’était d’envoyer 10 000 Belges à Paris pour manifester contre le climat. On ne s’est pas encore retourné puisque ça vient d’être confirmé ce matin par le ministre Fabius… Et même en province.

On avait imaginé faire ça dans une autre ville, sachant qu’à Paris, il y avait déjà des réserves par rapport à l’organisation. Là, il faut qu’on se concerte et qu’on s’organise, mais on fera certainement quelque chose d’une manière ou d’une autre.

Vous étiez arrivé à l’objectif des 10 000 inscrits?

Non, pas encore tout à fait, mais on s’en approchait allégrement à une quinzaine de jours. On devait être à plus de 70%. Il y a beaucoup de gens qui décident au dernier moment, par rapport à leur agenda.

Combien d’associations belges se sont mobilisées pour manifester à la Cop 21?

Il y a plus de 200 associations qui participent à la mobilisation.

Vous avez prévu de vous rencontrer aujourd’hui?

Non, pas aujourd’hui… J’ai un autre agenda pour SOS Faim, mais ça va bouger dans le courant de la journée ou demain. On va se concerter pour voir comment on va transformer ça.

Je pense qu’il ne faut pas qu’on baisse les bras. Ce qui se passe est tout à fait affolant, mais il faut qu’on se fasse entendre par rapport à ce qui se passe pour le climat, car la Cop 21 est tout de même maintenue. Et donc, les décisions politiques vont être prises. Ce serait dommage qu’on passe à côté de cette occasion.

Vous n’imaginez pas ne rien faire?

Non, bien sûr! Notre plaidoyer, notre voix peut se faire entendre même à côté de l’ambiance ultra-sécuritaire qui est en train de se déployer en Europe et dans le monde entier. La lutte contre le réchauffement climatique ne s’arrête pas à cause des événements: il pourrait faire beaucoup plus de victimes que tous les attentats qu’il vient d’y avoir.