Les SDF très touchés à la vague de chaleur

Les personnes en grande précarité, spécifiquement les personnes sans domicile fixe, sont un groupe à risque important lors de vagues de chaleur, rappellent différents acteurs sociaux.

Les SDF très touchés à la vague de chaleur

La mortalité des personnes sans abri est aussi importante l’été que l’hiver, souligne L’Îlot, association d’accueil, d’hébergement et de service aux sans-abri.

L’épisode caniculaire qui s’installe en Belgique met en danger les personnes à la rue les plus fragiles qui sont particulièrement exposées au risque de déshydratation et d’accidents cardio-vasculaires, explique L’Îlot dans un communiqué.

Les dangers sont multiples, comme l’explique Pierre Ryckmans de l’ASBL Infirmiers de rue: risque d’alcoolisation accrue due à la chaleur, brûlures et coups de soleil, problèmes dermatologiques (infections, mycoses) décuplés à cause de la transpiration… «Les sans-abri sont également plus dispersés à travers la ville, il est donc plus difficile de les trouver», note-t-il.

Depuis 2006, l’ASBL édite des plans des fontaines et points d’eau potable, ainsi que des toilettes gratuites à Bruxelles pour faciliter l’accès des SDF. Une affiche distribuée aux associations de terrain rappelle également les conseils à donner: se diriger vers un endroit ombragé et aéré, boire régulièrement de l’eau.

Un «plan canicule» à Bruxelles

Le Samu social de Bruxelles a mis en place depuis mardi un «plan canicule» pour lutter contre la déshydratation. Des équipes mobiles distribuent des bouteilles d’eau à travers la capitale dans le but de sensibiliser les SDF. Les personnes âgées et celles sous influence d’alcool ou autres substances font l’objet d’une attention particulière. Celles-ci «n’ont plus la sensation de soif», indique Christophe Thielens, responsable communication. «Dans certains ‘night shops’, la bière est moins chère que l’eau», regrette-t-il.

Les acteurs dénoncent une baisse des moyens disponibles pendant l’été, et un nombre de places d’accueil limité. Or «l’exclusion n’est pas saisonnière», relève Christophe Thielens. «C’est toute l’année que le problème se pose.»

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.