Il menace une infirmière à la maternité - Il se déchaîne contre le dépanneur - Il voulait restimuler son couple… 8 histoires judiciaires surprenantes

Chaque semaine, la rédaction vous propose une sélection d’histoires judiciaires surprenantes survenues en Wallonie.

Il menace une infirmière à la maternité - Il se déchaîne contre le dépanneur - Il voulait restimuler son couple… 8 histoires judiciaires surprenantes
Le jeune papa a eu l’alcool mauvais à la maternité. ©EdA

1.Imbibé, le papa menace une infirmière à la maternité

Une naissance, ça se fête. Et parfois même déjà dans la chambre du nouveau-né et de sa maman… Mais Jimmy a plutôt l'alcool mauvais. C'est ce qu'on peut déduire de ce lamentable épisode survenu à la maternité du Centre hospitalier régional de Namur.

2.Elle sonnait aux portes pour escroquer

Les apparences sont parfois trompeuses. Virginie (prénom d’emprunt), 33 ans, s’exprime facilement, d’une voix posée. Difficile de deviner qu’elle est sous surveillance électronique et que son casier judiciaire renseigne déjà une flopée de condamnations.

La prévenue prétextait de ne pas pouvoir payer une consultation de médecin pour son enfant malade et ne revenait jamais rembourser.

4.Pour «restimuler» son couple, il diffuse une photo de sa femme enceinte sur le net

Comment redonner du piment à votre mariage lorsqu'il bat de l'aile? Ce prévenu, (si on en croit sa version des faits) a opté pour une solution étonnante, en publiant une photo dénudée de sa femme sur un site de rencontres en ligne.

Mais il a tout perdu.

5.Il frappe un enseignant qui a brimé son filleul handicapé

Apprenant que son filleul, handicapé physique et mental âgé de 7 ans, fait l'objet de brimades de la part de son instituteur, le parrain décide de prendre les choses en main. Il doit répondre de coups et blessures volontaires.

6.Le taximan perd le contrôle et distribue des pains

Face au tribunal, Thierry (prénom d’emprunt) est d’un calme olympien. C’est d’ailleurs une qualité bien utile quand on est chauffeur de taxi. "Il y a souvent des clients difficiles à gérer, des gens qui ont bu, qui essaient aussi de partir sans payer. Dans ce métier, on est souvent sous pression."

Cette nuit du 30 novembre 2020, la tension a été visiblement trop difficile à encaisser pour Thierry. Vers 2h30 du matin, il appelle la police.Il dit qu'il vient d'être malmené par deux individus. Mais il s'avère que l'un de ceux-ci est… couché au milieu de la route, en face de la gare.

7.Poursuivis pour outrages et rébellion, ils dénoncent des violences policières à Libramont

Deux jeunes sont poursuivis pour outrages, menaces et rébellion. Ils se disent victimes de violences policières, à Libramont, s'appuyant sur des images de vidéosurveillance.

La vidéosurveillance de l’interpellation policière musclée devant la gare de Libramont avait été diffusée en audience correctionnelle à la demande des deux jeunes poursuivis pour outrages, menaces et rébellion. Eux se disent victimes de violences policières. Un dossier ouvert à l’inspection générale de police (AIG) a toutefois été classé sans suite.