Le psy frappe sa patiente - l’agriculteur réalise les césariennes - Alcool, gaz hilarant, vitesse: 1 mort, 2 invalides: 7 histoires judiciaires étonnantes

Un médecin psychiatre au tribunal, non comme expert mais comme auteur: il a frappé une patiente; L’agriculteur ne faisait pas appel au vétérinaire pour les césariennes; Des trafiquants de fûts de bières...Découvrez 7 histoires judiciaires surprenantes survenues cette semaine en Wallonie.

Le psy frappe sa patiente - l’agriculteur réalise les césariennes - Alcool, gaz hilarant, vitesse: 1 mort, 2 invalides: 7 histoires judiciaires étonnantes
Le psychiatre dérape et frappe sa patiente. ©Photographee.eu - stock.adobe.com

1.Le psychiatre dérape et frappe sa patiente

Âgé d'une quarantaine d'années, un médecin psychiatre doit répondre de trois préventions devant le tribunal correctionnel: avoir exercé temporairement la médecine de façon illégale, avoir prescrit des médicaments de façon excessive et surtout avoir porté des coups à une dame qui, au départ, était sa patiente.

2.L’agriculteur réalise lui-même les césariennes: il risque 40 000€ d’amende

On le sent bien embêté et impressionné de se retrouver là, devant un tribunal. Cet agriculteur est poursuivi pour avoir réalisé lui-même des césariennes sur ses bêtes, des Blancs Bleus.

La BBB, du fait de sa morphologie, ne sait pas mettre bas naturellement. Le recours à une césarienne est quasiment systématique. Une opération qui doit être réalisée par un vétérinaire.

Le sexagénaire, lui, a décidé de s'en passer depuis plusieurs années. "Pour gagner des sous?", lui demande la juge. "Non, absolument pas, répond l'éleveur. Je suis tombé sur deux ou trois césariennes mal faites. Les bêtes étaient mal recousues, s'accrochaient au montant de la salle de traite."

4.Trafic de fûts: ils ont «écumé» les buvettes de foot

La bande a commis une vingtaine de cambriolages ciblant les formations sportives et de clubs des jeunes. La tactique était plutôt bien rodée. Et même assez efficace.

Mais deux fûts de bière spéciale ont mis les enquêteurs sur la piste.

5.Frapper un ambulancier entraîne une peine plus grave

Pas toujours sans risques, le métier d'ambulancier. Un secouriste du SMUR en a fait les frais. Les faits ont été évoqués au tribunal correctionnel. Le prévenu d'une quarantaine d'années garde la tête basse: " Je regrette vraiment ce qui s'est passé".

6.Pour «lui faire peur», il avait débarqué chez lui avec une tronçonneuse et une masse

Gérald avait sommé l’ex-compagnon de sa compagne de se mettre à genoux et d’avouer qu’il avait peur avec une masse et une tronçonneuse.

À entendre les explications fournies par le prévenu, cette scène de menaces était loin d'être une scène effrayante. Au contraire, cela s'apparentait plutôt à une visite de courtoisie, ironisait le parquet.