Une page se « ferme »

Maud avait 20 ans. Hier, son décès a été annoncé, officiellement. Maud Bernier s’est suicidée. Depuis le 7 juin, amis et famille n’avaient plus de nouvelles de la jeune fille. Samedi, certains de ses proches avaient lancé un appel sur Facebook. Un moyen pour eux d’essayer de retrouver la jeune fille en suscitant des témoignages. L’utilisation de Facebook a été pour ces proches une bouée de sauvetage car du côté des autorités officielles et reconnues, aucune initiative grand public de ce type n’avait été prise. Pourquoi ? La police fédérale estimait que cette disparition n’était pas assez inquiétante. Il n’est pas question ici de faire le procès de la police. Sans doute qu’en fonction des éléments en sa possession, cette disparition était la simple conséquence d’un mal-être passager à la suite d’examens mal vécus. Peut-être.

Une page se « ferme »
Thierry Dupiereux ©EDA - Jacques Duchateau

Le petit problème, c'est que dans la foulée, du côté de Child Focus, on a pris un peu de haut l'initiative de Manon, la meilleure amie de Maud. Cette page Facebook n'était pas une bonne idée. Le discours entendu était celui-ci: « Souvent, les informations ainsi données sont erronées: soit la personne n'a jamais disparu, soit elle a disparu et a été retrouvée depuis. Cela peut mener à un phénomène de lassitude et de banalisation ». Ce commentaire était déjà interpellant à l'époque et, là, avec la triste nouvelle diffusée hier, ce point de vue prend une dimension tout autre. Sur son blog hier, un de mes confrères, Mateusz Kukulka résumait bien la chose: « Child Focus et la police fédérale seraient bien avisés de comprendre les us et coutume de Facebook plutôt que de les critiquer. Je ne suis pas certain que les messages de disparition qui passent après le JT aient autant d'impact que Facebook, du moins chez une partie de la population ». Car effectivement, Facebook n'a rien à voir avec ces vieux mails qui circulent depuis des années sur des cas de disparitions inventés ou classés depuis belle lurette. Un groupe Facebook se ferme lorsqu'un cas de disparition est résolu. Soyons clairs, une initiative de ce type prise par les autorités n'aurait peut-être pas sauvé la vie de Maud. Mais les constats ci-dessus méritent qu'on se pose les bonnes questions.