Trabelsi n'en voulait pas à Dutroux

L'épouse de Trabelsi dément que le terroriste ait voulu tuer Dutroux. Cette rumeur ne serait qu'une pression supplémentaire.

Trabelsi n'en voulait pas à Dutroux
243831 ©(photo Belga)

L'épouse du Tunisien Nizar Trabelsi, récemment transféré à l'aile sous haute sécurité de la prison de Bruges pour continuer à purger la peine dont il a écopé pour avoir préparé un attentat contre la base américaine de Kleine Brogel (Limbourg), a démenti lundi que son mari ait voulu tuer Marc Dutroux lorsqu'ils étaient tous deux détenus à Ittre.

La Gazet Van Antwerpen et Het Belang van Limburg avaient indiqué mardi dernier que le transfert de Marc Dutroux d'Ittre à Nivelles juste avant la Noël était dû à des menaces sur sa vie de la part de Trabelsi.

Pour Naïma Trabelsi, ces allégations participent des «nombreuses pressions» pesant actuellement sur son mari.

L'avocat du détenu, Me Marc Nève, avait déjà précisé que la motivation du transfert de son client à Bruges ne faisait en aucun cas référence à Marc Dutroux. Selon Naïma Trabelsi, ces motifs concernent un risque d'évasion «pour lequel il n'a même pas encore été interrogé» et un risque de prosélytisme de ses idées au sein de la population musulmane des détenus d'Ittre.

Nizar Trabelsi mène actuellement une grève de la faim et de la soif pour protester contre ses conditions de détention et son transfert à Bruges, où il se retrouve loin de son avocat et de sa femme, dénonce cette dernière.

Il fait par ailleurs l'objet d'une demande d'extradition vers les États-Unis où on lui reproche également des faits de terrorisme, d'association de malfaiteurs, etc. Le dossier sera examiné le 19 janvier par la chambre des mises en accusation de Bruxelles.

Nizar Trabelsi avait demandé il y a deux mois d'être placé sous bracelet électronique et a introduit une procédure d'asile en Belgique pour éviter une extradition vers la Tunisie, qui l'a condamné par contumace à 25 ans de prison.

Admirateur d'Oussama Ben Laden et ancien des camps d'entraînement d'al-Qaïda en Afghanistan, Nizar Trabelsi avait été condamné à Bruxelles en juin 2004 à 10 ans de prison pour avoir préparé un attentat contre la base américaine de Kleine Brogel.

+ Prolongez l'information dans l'Avenir, le Jour et le Courrier