Prévenir le burn-out : les 4 signes

Le nombre de personnes souffrant de burn-out ou de dépression a augmenté de 40 % ces 4 dernières années. Il est donc plus important que jamais d'investir dans votre bien-être mental. Mais comment reconnaître exactement un burn-out (latent) ? Nous avons posé la question à Helga Helskens, conseillère en prévention chez Mensura.

Adops
Prévenir le burn-out : les 4 signes
Cefora ©Cefora

Qu’est-ce que le burn-out?

«Le burn-out est un trouble énergétique directement lié au stress», explique Helga. «Les facteurs de stress diffèrent d'une personne à l'autre et le stress en soi n'est pas forcément nocif. En fait, il peut parfois nous aider à mieux faire face à des situations potentiellement menaçantes ou stressantes.»

«Le stress ne devient dangereux que s’il se prolonge sans que l'on dispose de suffisamment de moments de récupération ou de détente.Si vous vous retrouvez dans une phase de stress persistant où vous ne pouvez pas récupérer ou pas assez, vous vous épuisez. Si cette situation perdure trop longtemps, il y a des chances pour que vous finissiez par souffrir d’un burn-out.»

4 signes de burn-out

«Il est important de faire la distinction entre le surmenage et l'épuisement réel», poursuit Helga. «Le burn-out se reconnaît à quatre symptômes fondamentaux.»

L'épuisement: «Les personnes atteintes de burn-out sont extrêmement fatiguées. Cela peut aller jusqu'au point où elles ne peuvent plus sortir de leur lit ou n'ont pas l'énergie de cuisiner. Elles se fatiguent facilement, même si l'activité n'est pas intense. Presque tout effort demande beaucoup d'énergie, ce qui rend la détente difficile.»

La perte de contrôle émotionnel: «En cas de burn-out, la personne perd le contrôle de ses émotions, ce qui la rend émotionnellement moins stable. Elle peut présenter une forte irritabilité (être facilement irritée ou triste), avoir des accès de colère ou même pleurer.»

La perte de contrôle cognitif: «Le burn-out affecte également la capacité à acquérir et à traiter l'information. Distraction, oubli et difficulté à se concentrer ne sont que quelques-uns des problèmes que rencontrent les personnes. Dans les cas extrêmes, les patients perdent même leurs automatismes. J'ai déjà vu des cas de personnes qui ne savent plus comment envoyer un e-mail ou se brosser les dents.»

La distanciation mentale: «Parce que les personnes en burn-out sont émotionnellement vulnérables, elles se protègent en s'éloignant de leur travail, mais aussi parfois de leurs collègues, de leur famille et de leurs amis. Elles apparaissent souvent plus cyniques au travail, ce qui peut donner l'impression qu'elles ne sont plus motivées. Cette distanciation mentale est un mécanisme d'adaptation utilisé par ces personnes pour perdre le moins d'énergie possible.»

Un bon équilibre

«Vous vous sentez stressé, surmené ou vous pensez même que vous êtes proche du burn-out ? Essayez avant tout de vous débarrasser des facteurs énergivores. Veillez, par exemple, à résoudre un conflit latent ou parlez à votre supérieur de votre charge de travail.»

«En plus de vous attaquer aux facteurs énergivores, vous pouvez aussi vous concentrer sur les facteurs énergisants. Prévoyez sciemment du temps pour des activités amusantes ou relaxantes. C'est une autre façon d'équilibrer les deux types de facteurs. Combiner la suppression des facteurs énergivores et l'ajout de facteurs énergisants est la méthode la plus efficace.»

Apprendre à mieux gérer le stress ?

Découvrez les formations en bien-être sur www.cefora.be.