Les femmes ont aussi leur place dans la (re)Construction

Les dégâts causés par les inondations impliquent une mobilisation et des efforts de reconstruction en Wallonie. Le secteur de la Construction va donc devoir engager malgré une pénurie de main d'œuvre qui n'est pas neuve. Une occasion de rappeler que les métiers de la construction ne sont pas faits que pour la gente masculine : place aux dames !

Adops
Les femmes ont aussi leur place dans la (re)Construction
IFAPME ©IFAPME

Un rôle actif dès le début de la formation

Même si les clichés ont la vie dure, les femmes ont évidemment leur place dans les métiers de la Construction, et pas à pas, les mentalités évoluent. Leur engagement dans les métiers de ce secteur pourra aider à combler un manque de main d'œuvre, qui va empirer après les dégâts des inondations en Belgique.

L'IFAPME travaille déjà à trouver des aides, des incitants et des solutions pour adapter son offre et permettre aux jeunes et aux adultes de suivre aisément des formations dans la Construction.

Femme ou homme, dès le début de votre future formation, vous allez jouer un rôle essentiel dans la reconstruction à venir car vous serez sur le terrain. En effet, la formation en alternance, c'est essentiellement un apprentissage sur chantier avec votre patron-formateur, parfois directement dans une équipe.

Un emploi à coup sûr

En 2020, l’IFAPME a mené une étude sur l'insertion professionnelle de ses formations. 6 mois après avoir obtenu leur diplôme,

- 85% des apprenants certifiés en Construction, entrés en formation dès 15 ans, ont trouvé un emploi ou ont continué leur formation.
- Ce chiffre dépasse les 90% pour les stagiaires adultes diplômés .

En manque de candidats, certains métiers essentiels de la construction sont en pénurie comme maçon·ne, menuisie·ère, électricien·ne ou encore couvreur·euse. Les travaux de reconstruction nécessaires après les inondations en Wallonie vont augmenter cette demande de main d'œuvre, dans tous les métiers du secteur. Ce qui offre de très belles perspectives d'emploi. Par exemple, Thomas & Piron recherche 70 apprenants actuellement, comme l'explique la vidéo en bas de cette actu.

Plus de femmes en formation

En 2019-2020, plus de 27% des apprenants IFAPME en formation d'adultes dans le secteur de la construction étaient des femmes. Le nombre de femmes dans ce secteur a augmenté de 5,5% entre 2015 et 2019. La situation a donc évolué favorablement ces dernières années.

L'IFAPME propose près de 200 formations dont plus de quarante dans le secteur de la construction. Lors de la rentrée 2020-2021, plus de 2300 personnes ont choisi de se former dans cette filière.

Léa, un parcours inspirant

Apprenante de 1ère année en formation de carrelage

Pour Léa, c’est un peu une histoire de famille. Ses parents étant couvreurs, elle était souvent sur les chantiers. Déjà petite, elle aimait l’ambiance des chantiers et l’esprit de liberté que permet le travail au grand air. Forte de ces expériences, elle a décidé de se lancer elle aussi dans le secteur de la construction. Pour Léa, travailler et apprendre sur chantier, c'est la meilleure façon d'apprendre vraiment le métier.

"L'ambiance sur les chantiers est indescriptible. Le personnel du bâtiment est authentique et on ne s'ennuie jamais. Chaque chantier est différent. Le système scolaire classique ne me correspondait pas. Ayant déjà vécu l'expérience des chantiers, je voulais vivre la vie que je souhaitais. J'ai donc sauté le pas et c'était la meilleure décision de ma vie !" Léa, apprenante en formation pour devenir Carreleuse.

Laurent Bollaers, carreleur professionnel et patron-formateur de Léa

Monsieur Bollaers a 10 ans d'expérience dans le métier de carreleur. Cette expérience, il l'a met au service de l'apprentissage de son apprenante.

"Pour moi, ça ne change pas grand chose que ce soit une fille ou un garçon. En plus, Léa est quelqu'un qui apprend vite. Elle est également courageuse et très volontaire. Son objectif est de se mettre à son compte et j'essaie de la responsabiliser en conséquence. En tant que patron-formateur, j'ai la satisfaction de voir Léa évoluer au fil de son parcours."

Un secteur en évolution

Contrairement aux idées reçues, le secteur évolue et se modernise de plus en plus. Les techniques de construction s'adaptent et sont toujours plus respectueuses de l'environnement. Une attention particulière est donnée aux performances et à la consommation d'énergie des bâtiments. Vous pouvez ainsi prendre part à des projets ambitieux, innovants et ancrés dans l'air du temps. Mais aussi à la reconstruction de la Wallonie. De quoi être fier, n'est-ce pas ?

Au-delà de ces aspects techniques, le capital humain est aussi très important. Travailler dans la construction, c'est travailler en équipe. Les métiers sont tellement diversifiés que vous apprenez toujours de vos collègues.

"Dans le secteur de la construction, il y a vraiment du boulot. Le travail est super varié et un chantier n'est pas l'autre. On rencontre beaucoup de gens différents. Quand on nous demande de refaire entièrement une salle de bain, on voit ce qu'il avait avant et ce qu'on en a fait. C'est très gratifiant !", Laurent Bollaers.

Il est donc temps d’oublier ses clichés et de se lancer !

L'Alternance est rétribuée

L'Alternance, c'est apprendre un métier un maximum en entreprise. À l'IFAPME, les apprenants se forment sur le terrain (4 jours/semaine max.) tout en suivant des cours dans un Centre de formation (1 jour/semaine min.). Une formule proposée aux jeunes dès 15 ans et aux adultes sans limite d'âge.

Se former en alternance, c'est aussi recevoir une rétribution mensuelle allant de 286€ à plus de 920€ ! Pour les jeunes de moins de 25 ans, les allocations familiales sont maintenues en plus de la rétribution.

Un montant de 350€ est octroyé aux demandeurs d'emploi qui réussissent une formation dans un métier en pénurie. Cette prime est appelée l'« Incitant + » ! A noter que la plupart des métiers de la Construction sont répertoriés comme métier en pénurie.

Des mesures concrètes

Le Gouvernement wallon finalise actuellement la mise en place d'incitants pour booster les formations en alternance de l’IFAPME dans les métiers de la construction, de l'électrotechnique et du bois :

- Prime de 2000 € pour les apprenants IFAPME en alternance, inscrits dans ces filières (conditions spécifiques pour les primo-entrants) : la liste des formations concernées.
- Un chèque permis de conduire pour faciliter la mobilité des apprenants et apprenantes en alternance de minimum 17 ans. Cette aide est valable pour le permis B (voiture) ou le permis AM (cyclomoteur).

L’IFAPME a également mis en œuvre des mesures concrètes pour booster l’envie et l’intérêt de celles et ceux qui envisagent dese former dans le secteur:

- Remboursement du minervalpour les formations d'adultes des filières de la construction, de l'électrotechnique et du bois. Les frais de scolarité des apprentis et apprenties seront pris en charge par l'IFAPME. Retrouvez les conditions et la liste des métiers concernés sur www.ifapme.be/reconstruction.
- Coaching intensifié par les Référents IFAPME pour les apprenants et apprenantes en alternance qui s'engagent dans la dynamique du Plan de reconstruction de la Wallonie. Pourles soutenir plus encore dans leur formation etrenforcer leur volonté d'évoluer dans un des métiers du secteur.
- Nouveaux parcours par modules en formations d'adultes : c'est-à-dire qu'après chaque année de formation, les apprenants et apprenantes ont la possibilité d'obtenir un certificat attestant de la maitrise des compétences acquises. Au terme du parcours complet de formation, un diplômeIFAPME homologué est délivré.
- Possibilité d'une augmentation de 100€ pour chaquerétribution mensuelle octroyée aux apprenants et apprenantes qui entament une formation en alternance dans le secteur de la construction.

Intéressé·e par une formation à l'IFAPME ? Contactez-nous au 0800/90 133 ou par mail via info@ifapme.be.

En savoir encore plus sur le secteur ? Surfez sur www.jeconstruismonavenir.be.