Contenu de partenaire

« NOUS CONSTRUISONS DEMAIN »

Le secteur de la construction est aujourd’hui confronté à des défis sans précédent. Pour faire face aux nombreux défis tels que le green deal,

Adopsweb
NOUS CONSTRUISONS DEMAIN
ouvriers construction

le plan de relance, les objectifs énergétiques et la reconstruction des zones inondées, on estime qu’environ 20 000 nouveaux travailleurs seront nécessaires dans l’année. Bien que le secteur ait de nombreux atouts à offrir, une récente enquête lancée par le secteur de la construction et ses partenaires montre que le Belge associe encore trop de clichés et d’idées fausses au secteur.

La campagne « Nous Construisons Demain » lancée aujourd’hui par le secteur vise à dissiper ces idées reçues dans le but d’augmenter massivement l’insertion et promouvoir l’image du secteur.

PERCEPTION VS RÉALITÉ

À la demande du secteur de la construction, Profacts a mené une enquête auprès de 2.005 belges. Celle-ci révèle que l’enthousiasme lié à l’obtention d’un emploi dans la construction est encore trop faible aujourd’hui. En effet, 1 Belge sur 10 seulement se dit enclin à travailler dans le secteur de la construction. Il est intéressant de constater que ce sont les demandeurs d’emploi qui sont les moins positifs, mais les jeunes aussi se montrent critiques : à peine 11 % des étudiants déclarent envisager de travailler dans le secteur de la construction.

Et ce sont précisément ces profils dont le secteur a besoin pour stimuler l’insertion de nouveaux travailleurs.

Lorsque nous examinons de plus près les raisons pour lesquelles l’on hésite à franchir le pas vers le secteur de la construction, quelques malentendus récurrents sont avancés. Ceux-ci retiennent de nombreux individus à envisager le secteur comme un employeur potentiel. Il est toutefois bon de savoir que les personnes actives dans le secteur de la construction, qui en saisissent donc bien la réalité se montrent optimistes. Une personne sur deux se dit fière de travailler dans le secteur de la construction, tandis qu’une faible minorité déclare le contraire (8 %).

LE MAÇON A LA COTE, MAIS N’EST QU’UNE GOUTTE DANS L’OCÉAN DES MÉTIERS DE LA CONSTRUCTION

Lorsque l’on parle du « secteur de la construction », les Belges pensent souvent aux maçons. 48 % citent spontanément cette profession.

Alors qu’en réalité, le nombre de maçons dans le secteur représente à peine 12 %. La multitude d’emplois dans le secteur de la construction est donc encore trop méconnue. Le secteur de la construction veut changer cet état de choses en diversifiant l’image de la construction. L’avènement de la digitalisation et des innovations technologiques a considérablement influencé les métiers de la construction.

Le secteur ne cherche pas seulement des ouvriers pour gonfler ses rangs, mais aussi et surtout des ouvriers aux profils techniques capables de se mettre directement au travail.

MÉCONNAISSANCE DES INNOVATIONS, DE LA DURABILITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DE L’EMPLOI

Les personnes interrogées accordent une grande importance à l’innovation, mais ne peuvent étonnamment énumérer que peu d’exemples. 72 % sont incapables de citer spontanément la moindre innovation. Sur le plan de l’influence de la digitalisation au sein et au service du secteur de la construction, l’enquête a néanmoins montré que le secteur misait pleinement sur l’innovation. En effet, différentes technologies sont utilisées pour réduire la charge de travail et renforcer la sécurité des travailleurs. Sur le plan de la durabilité, de la sécurité et de la rémunération, les chiffres révèlent un grand décalage entre ce que pensent les « Belges » et la réalité dans le secteur. 47% ne savent pas dans quelle mesure le secteur de la construction vise la réalisation d’objectifs climatiques. 34% sont convaincus que le secteur de la construction offre des avantages extralégaux.

« NOUS CONSTRUISONS DEMAIN »

Les chiffres montrent que le besoin en informations supplémentaires sur ce que fait réellement le secteur est grand.

Avec la campagne d’image « Nous construisons demain », le secteur prouve qu’il est prêt à attirer de nouveaux talents et met fin aux principales idées reçues. Au travers de cette campagne, le secteur entend concrètement attirer 100.000 nouveaux travailleurs au cours des 5 prochaines années.