Rapprochement Les Engagés-DéFI : "un acte manqué", regrette Maxime Prévot

Le président des Engagés Maxime Prévot a vivement critiqué la décision de DéFI de ne pas vouloir intégrer un potentiel mouvement politique situé au centre de l'échiquier politique francophone.

Belga
DéFI zal niet fusioneren
Photo d'illustration ©BELGA

"DéFI ferme la porte et je trouve que c'est un acte manqué", a déploré le chef de file des Engagés, sur le plateau de Jeudi en prime (RTBF). "M. De Smet (président de DéFI, ndlr) et son parti manquent cruellement de courage. Il fallait du courage pour transcender son pré-carré. J'ose espérer que Défi n'a pas pour seule ambition de ne peser que deux députés sur 150 dans l'assemblée (la Chambre, ndlr). Ce n'est pas comme ça qu'on fait bouger le lignes", a-t-il lancé. "On pèse quasi trois fois plus (5 sièges à la Chambre), mais je ne m'en satisfais pas", a-t-il poursuivi. "Si on veut avoir de l'impact en politique, il faut que l'on arrête l'entre-soi des partis et de se regarder le nombril."

Mardi lors des voeux du parti amarante, François De Smet avait assuré que DéFI ne fusionnera pas avec une autre formation politique.

Maxime Prévot a par contre indiqué que Jean-Luc Crucke, également cité comme partie prenante dans ce potentiel mouvement, avait "témoigné d'énormément de bonne volonté". A la question de savoir si l'ancien ministre wallon MR du Budget en froid avec la direction de son parti allait rejoindre Les Engagés, il a jugé que c'était "trop tôt pour le dire".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...