Épidémie de Covid, grippe et bronchiolite : « Les hôpitaux ne sont pas saturés », assure Christie Morreale

Invitée de la chaîne d’informations LN24, ce jeudi 12 janvier 2023, Christie Morreale, la ministre wallonne de la Santé, estime que la situation dans les hôpitaux wallons est « gérable » malgré les épidémies de Covid-19, grippe et bronchiolite.

A. Ma.

« Il n’y a pas de préoccupations particulières. » C’est en ces termes que Christie Morreale, la ministre wallonne de la Santé, a analysé la situation dans les hôpitaux régionaux alors qu’une triple épidémie (Covid, grippe et bronchiolite) frappe la Belgique.

Covid, grippe, bronchiolite : les masques de retour dans notre quotidien ?

« Il y a de bonnes nouvelles. Aujourd’hui, le Covid, c’est un peu comme la grippe. On ne peut pas dire que la maladie n’existe plus mais on a dix fois moins de patients dans les unités de soins intensifs qu’au moment du pic (de la pandémie, NDLR) : on en compte 100 à peu près », explique ainsi l’élue socialiste, qui estime que le pic des contaminations à la grippe interviendra « pour la fin du mois ».

Grippe, Covid, bronchite: des hôpitaux sont pleins dans le Luxembourg

Même si les cas de Covid sont en diminution, la hausse des cas de grippe devrait toutefois « nous forcer à faire le gros dos pendant un mois », souligne encore Christie Morreale. Mais pas de quoi s’inquiéter outre mesure. « Pour le moment, les hôpitaux wallons ne sont pas saturés mais ils sont sous tension. Mais ça reste gérable. »

Triple épidémie de Covid, grippe et bronchiolite: face aux symptômes similaires, un autotest permet de distinguer les virus

Les Wallons globalement bien protégés par les vaccins, les autorités n’observent donc pas encore de transferts de patients.

Wallonie : un carnet de santé digital pour tous « d’ici fin 2023 »

Reste la crainte d’une nouvelle hausse des infections au Covid après l’ouverture des frontières chinoises. « Il doit y avoir une vigilance. On doit faire tomber les tabous », estime Christie Morreale, qui reste lucide bien qu’elle plaide pour une solution concertée avec les autres pays européens. « On vit dans un monde très ouvert… Même si on ferme les frontières, on sait qu’on va juste gagner trois semaines (de répit, NDLR) par rapport aux variants. »

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...