Sortie du nucléaire en Belgique : autopsie d’un fiasco

Alors que 2025 devait marquer la fin du nucléaire en Belgique, il n’en sera rien. Comment en est-on arrivé là ? L’Avenir a enquêté.

Romain Veys
Guillaume Barkhuysen
 Contrairement aux apparences, le ciel est tout sauf crépusculaire au-dessus des centrales nucléaires belges de Tihange (photo) et Doel.
Contrairement aux apparences, le ciel est tout sauf crépusculaire au-dessus des centrales nucléaires belges de Tihange (photo) et Doel. ©EDA - Jérôme Heymans

Ce lundi 9 janvier 2023, le gouvernement fédéral, représenté par le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) et la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen), a signé avec Engie-Electrabel un accord de principe devant permettre la prolongation, pour une durée de dix ans à partir de 2026, des deux réacteurs nucléaires industriels à des fins de production d’électricité les plus récents du pays, Doel 4 et Tihange 3.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...