Après le Covid, le Langya, un nouveau virus découvert en Chine: «Inquiétant? Cela reste à voir»

Des médecins ont confirmé la découverte d’un nouveau virus en Chine. Son nom, le Langya. La maladie se transmet de l’animal à l’homme et présenterait des symptômes semblables au Covid. 35 cas ont jusqu’ici été répertoriés.

G.D.
 Selon le virologue Marc Van Ranst, les cas n’ont pour l’instant été signalés qu’en Chine et personne n’est décédée.
Selon le virologue Marc Van Ranst, les cas n’ont pour l’instant été signalés qu’en Chine et personne n’est décédée. ©Montage EDA

En Chine, les médecins ont tiré la sonnette d’alarme après avoir détecté un tout nouveau virus. Baptisé "Langya", il aurait d’ores et déjà infecté 35 personnes dans deux provinces de l’est du pays.

Selon un rapport intitulé "A Zoonotic Henipavirus in Febrile Patients in China" publié dans la revue médicale "The New England Journal of Medicine", le Langya est un nouveau hénipavirus, dont les plus connus sont le Nipahvirus et le Hendravirus, dont le premier ne jouit pas d’une bonne réputation. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux de mortalité du Nipahvirus est de 40 à 75%. Pour le moment, aucun vaccin ni traitement n’a vu le jour.

Des symptômes semblables à ceux du Covid-19

Les patients atteints de Langya ont développé de la fièvre (100% des patients), de la fatigue (54%), de la toux (50%), de la perte d’appétit (50%), des douleurs musculaires (46%), des nausées (38%), des maux de tête (35%) et des vomissements (35%): des symptômes très semblables à ceux du Covid-19.

Une diminution des globules blancs a également été observée chez 54% des patients, un faible taux de plaquettes chez 35%, une insuffisance hépatique chez 35% et une insuffisance rénale chez 8%.

Transmis par la musaraigne?

D’après les scientifiques, dont les propos ont été relayés dans le New England Journal of Medicine, les musaraignes pourraient être le porteur le plus évident du virus Langya. Le directeur général adjoint du CDC, Chuang Jen-hsiang, a déclaré qu’après avoir effectué des tests sur 25 espèces animales sauvages différentes, la musaraigne semble être la plus susceptible d’être à l’origine du Langya henipavirus, 27% des sujets étant porteurs du virus.

Le CDC doit encore déterminer si la transmission du virus entre humains est possible

«Syndrome pseudo-grippal»

Selon le virologue Marc Van Ranst, les cas n’ont pour l’instant été signalés qu’en Chine et personne n’est décédée. "Les patients présentent un syndrome pseudo-grippal avec une réduction des fonctions rénales et hépatiques", explique-t-il.

Selon lui, de nouveaux virus sont découverts régulièrement. Il s’agit généralement de zoonoses (Ndlr: maladies infectieuses transmises de l’animal à l’homme). Si celui-ci est inquiétant? "Cela reste à voir. 35 cas, ce n’est pas beaucoup. Et nous n’avons encore aucune idée des infections asymptomatiques."

Le laboratoire de Marc Van Ranst est déjà en train de développer un test PCR spécifique.