Le gynécologue qui aurait inséminé ses propres patientes en Flandre: «Je n’ai commis aucun crime»

Le médecin de Torhout accusé d’avoir utilisé son propre sperme pour réaliser des inséminations artificielles sur ses patientes se défend… maladroitement.

La Rédaction de L'Avenir
 Le gynécologue qui aurait inséminé plusieurs patientes estime n’avoir commis «aucun crime».
Le gynécologue qui aurait inséminé plusieurs patientes estime n’avoir commis «aucun crime». ©BELGA

L’affaire ne cesse de prendre de l’ampleur en Flandre où l’émission "Terzake" (VRT) a révélé, hier jeudi, qu’un gynécologue à la retraite aurait usé de son propre sperme pour inséminer des patientes en détresse.

Interrogé par la VRT, le médecin a toujours refusé d’évoquer l’affaire. Ce vendredi, plusieurs heures après la diffusion de l’enquête sur la chaîne publique, il a réagi pour la première fois dans les colonnes du "Laatste Nieuws".

"J’ai aidé des gens en détresse et je n’ai commis aucun crime. Je n’ai pas commis de meurtre", s’est contenté de dire l’homme, autrefois actif au sein de l’ancien hôpital Sint-Rembert de Torhout.

Pas plus affecté que ça par l’enquête qui a été ouverte à son encontre, le septuagénaire, à la retraite depuis 2016, a expliqué avoir engagé un avocat. Peu loquace, l’homme, qui ne confirme ni n’infirme les faits, a juste répété qu’"un donneur se devait de rester anonyme".

D’après l’AZ Delta, qui englobe désormais la clinique de Torhout, une dizaine de personnes - des enfants nés d’un don de sperme mais aussi des parents inquiets - se sont déjà manifestées depuis la diffusion du reportage de la VRT.