La publicité pour les jeux de hasard bientôt fortement restreinte, Bouchez parle de «mesure excessive»

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, qui s’est engagé à lutter contre les dépendances au jeu, comme le prévoit l’accord de gouvernement, a élaboré une proposition qui restreint fortement la publicité sur les jeux d’argent, rapportent lundi Sudinfo, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et het Belang van Limburg.

 Les accros aux paris dépensent en moyenne 42% de leur revenu mensuel pour le jeu.
Les accros aux paris dépensent en moyenne 42% de leur revenu mensuel pour le jeu. ©EdA - Florent Marot
Belga

S’il passe, ce nouvel arrêté royal devrait entrer en vigueur à la fin de l’année.

"64% de la population âgée de plus de 18 ans s’aventure dans le jeu au moins une fois par an", indique le cabinet du ministre. "La crise corona a également eu son influence. Les recherches menées pendant la pandémie de Covid ont montré que le jeu chez les jeunes a augmenté de 43%. Cela s’est principalement produit en ligne, car de nombreux établissements de jeux de hasard ont été fermés en raison des mesures."

Il ressort par ailleurs d’études récentes que les accros aux paris dépensent en moyenne 42% de leur revenu mensuel pour le jeu. Environ 40% des joueurs en ligne ont moins de 26 ans et près de 70% ont moins de 39 ans.

"Une plus grande acceptation sociale des jeux de hasard en ligne, en raison de la multitude de publicités atteignant la population par divers canaux, est l’une des principales causes de la popularité croissante", affirme Vincent Van Quickenborne, qui veut mettre un terme à cela. 

"Désormais, la philosophie est que seules les personnes qui veulent jouer et qui recherchent activement des informations sur les jeux de hasard seront confrontées à l’avenir à la publicité à ce sujet", poursuit-il.