Près de 2.700 personnes ont bénéficié d’une euthanasie en 2021

Près de 2.700 personnes ont demandé et reçu l’euthanasie en 2021. Les trois quarts des demandes étaient rédigées en néerlandais et la majorité concernait des patients âgés de 60 à 89 ans, indique jeudi la Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie.

Belga
 Environ la moitié (54,3%) des euthanasies pratiquées ont eu lieu au domicile des patients.
Environ la moitié (54,3%) des euthanasies pratiquées ont eu lieu au domicile des patients. ©Fotolia

En 2021, la commission a reçu 2.699 déclarations d’euthanasie, soit 10% de plus que l’année précédente. Aucune demande n’a été introduite pour un enfant mineur d’âge. "Toutes les déclarations reçues répondaient aux conditions essentielles de la loi et aucune n’a été transmise au procureur du roi", souligne la commission dans un communiqué. 

Les affections principales à l’origine des demandes d’euthanasie étaient soit des cancers, soit une combinaison de plusieurs affections qui n’étaient pas susceptibles de s’améliorer et qui occasionnaient de plus en plus de handicaps sérieux allant jusqu’à une défaillance d’organes. À côté de la souffrance physique exprimée et intraitable, il est également souvent mentionné une souffrance psychique grave (à ne pas confondre avec une affection psychiatrique), souligne la commission.

Les demandes d’euthanasie sur la base de troubles mentaux et du comportement restent quant à elles stables et peu nombreuses, comptant pour à peine 2% de l’ensemble des euthanasies.

Parmi les patients qui ont souhaité abréger leurs souffrances, 67,8% étaient âgés de plus de 70 ans et 40,2% avaient plus de 80 ans. L’euthanasie chez les patients de moins de 40 ans reste très rare (1,4%). Ce sont surtout les patients des tranches d’âge entre 60, 70 et 80 ans qui demandent l’euthanasie (76,8%), selon la commission. Le groupe de patients le plus important concerne la tranche d’âge entre 80 et 89 ans (29,3%).

Dans la grande majorité des cas (84,1%), le médecin estimait que le décès du patient était prévisible à brève échéance.

Environ la moitié (54,3%) des euthanasies pratiquées ont eu lieu au domicile des patients, tandis qu’un peu moins d’un tiers (29,6%) ont été pratiquées à l’hôpital et 14,3% dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins.