Les adultes sont également ciblés

Le harcèlement en ligne est également susceptible de toucher des adultes, par exemple piégés par de faux profils soucieux de leur extorquer de l’argent.

Georges Lekeu
Les adultes sont également ciblés
Le chantage sexuel est un cercle vicieux dans lequel il ne faut surtout pas tomber. Si vous en êtes victime, ne payez pas, mais déposez plainte. ©nito – Fotolia

Odieux acharnement en ligne, le cyber-harcèlement n’implique pas exclusivement un adolescent soumis à la vindicte de ses «camarades» d‘école. Dans le monde de l’entreprise, au cœur d’un club sportif ou encore au sein d’une association, un adulte est susceptible d’être victime d’un acharnement collectif orchestré sur Facebook, YouTube, Instagram…

La mécanique est similaire à celle qui accable un jeune pris pour cible par un collectif d’étudiants.

Faux profils

Dans des cas qui relèvent de la criminalité et/ou de l’escroquerie, l’usurpation d’identité est un rouage essentiel d’une forme tout aussi perverse de cyber-harcèlement. Exemple: l’adulte qui se crée un faux profil d’adolescent pour alpaguer de jeunes proies. Une fois le lien de confiance établi, le prédateur ne manquera pas d’user de l’arme du chantage et du harcèlement pour obtenir de nouvelles faveurs.

Comme pour le cyber-harcèlement d’origine scolaire, ouvrir le dialogue, déceler les signes d’un soudain changement de comportement, avertir encore et encore des dangers des réseaux sociaux constitueront l’arsenal de base des parents inquiets.

Chantage sexuel

Les faux profils ciblent également à l’occasion les adultes. En ligne de mire: les tentatives de chantage sexuel. Le principe? Soudainement, une inconnue vous offre son amitié sur Facebook ou Skype, par exemple. Une fois le dialogue noué, votre nouvelle «amie» semble très pressée de passer la vitesse supérieure en proposant la vidéoconférence.

Vous tentez le diable et vous acceptez? Les premières secondes sont hésitantes. L’écran est noir. Aucun son n’est perceptible. Puis une jeune femme légèrement vêtue inonde l’écran de sa présence. Elle vous invite rapidement à vous dévêtir à votre tour. C’est à ce moment que les crocs de l’arnaqueur se referment violemment. La scène est filmée à votre insu…

But de la manœuvre: capturer des images compromettantes, les publier sur YouTube et réclamer un versement pour la supprimer. Il est déconseillé de verser la moindre somme. Les demandes et les montants iront crescendo. La seule démarche viable: déposer plainte auprès de la police locale.