Vinciane Despret, wallonne de l’année

Le Prix Bologne-Lemaire du Wallon de l’année, remis par l’Institut Destrée, a été décerné cette année à Vinciane Despret, scientifique atypique, philosophe et éthologue, qui pose un regard interpellant sur nos rapports avec les autres animaux.

Vinciane Despret, wallonne de l’année
vinciane despret.png

Consultante régulière du Jardin extraordinaire sur la RTBF, et chroniqueuse radio chaque samedi et chaque dimanche matin avec sa séquence «On n’est pas si bêtes» sur la Première, Vinciane Despret est avant tout une scientifique. Licenciée en psychologie et docteur en philosophie, elle s’est très vite passionnée pour l’éthologie, l’étude du comportement des animaux, et lutte, depuis plus de 20 ans, contre les poncifs qui tendent à séparer l’humain de l’animal. Prenant le temps de les observer, de les étudier, elle a découvert combien ces «bêtes» ont de choses à nous apprendre. Sur nous.

Dans une interview à Libération, en 2102, elle disait notamment cette vérité pas courante à entendre: «Que veut dire être intelligent? Est-ce que nous choisissons le critère d'intelligence qui nous caractérise, par exemple, une intelligence basée sur le langage, sur la catégorisation, etc. Forcément, nous serons les plus intelligents, parce que nous aurons choisi les critères dans lesquels nous excellons, et qui nous ont aidés à définir l'intelligence. Mais si on choisit une autre définition de l'intelligence. Si on dit, par exemple: «Être intelligent, c'est être capable d'être très attentif aux autres, de se laisser influencer par eux». Ce n'est plus, évidemment, tout à fait dans nos critères. Je parle ici de nos critères contemporains et occidentaux. Qui ne seraient pas, probablement, les critères d'autres cultures. Si on choisit ce critère-là, «être attentif aux autres», je me demande si un cochon ou un chien ne sont pas plus intelligents que moi. Et si l'intelligence consiste à lire des odeurs, ou à composer avec les vents, ou à sentir le magnétisme, je crois que d'autres espèces sont plus intelligentes que nous.»

Professeur à l’ULg et à l’ULB, auteur prolixe d’articles, de conférences et de contributions diverses, la Wallonne de l’année 2014 a aussi écrit de nombreux ouvrages de vulgarisation sur le sujet qui la passionne, comme «Bêtes et Hommes» (Gallimard), «Quand le loup habitera avec l’agneau» (Le Seuil) ou «Que diraient les animaux si… on leur posait les bonnes questions?» (La découverte). Reconnue à l’étranger, elle a notamment été commissaire de l’exposition «Bêtes et hommes» qui s’est tenue en 2007 à la Grande Halle de la Villette à Paris.J.-C.H.