Les enregistrements confondent Danneels

Samedi, De Standaard et Het Nieuwsblad ont publié des enregistrements réalisés par la victime de l'ex-évêque Vangheluwe. On y entend Danneels tenter de la faire infléchir. Via son porte-parole, le cardinal dément.

Les enregistrements ont pour cadre l'affaire des actes d'abus commis par l'ancien évêque de Bruges Roger Vangheluwe, et le début de médiation qui s'est mise en place avec le cardinal Danneels, quand l'affaire n'avait pas encore été ébruitée.

Samedi, De Standaard et Het Nieuwsblad ont publié le contenu de ces enregistrements faits par la victime lors d'une réunion en présence du cardinal Danneels, le 8 avril. Une rencontre lors de laquelle la victime, neveu de l'ancien évêque, avait réclamé la démission de son oncle.

En rendant publics ces enregistrements, elle entend notamment prouver qu'elle n'a jamais demandé d'argent en échange de son silence.

Selon les deux quotidiens, il apparaît à l'écoute de ces enregistrements que le cardinal Danneels a bien tenté de convaincre la victime de se taire, contrairement à ce qu'il avait prétendu en conférence de presse le 24 avril dernier, suite à la divulgation des faits (« Je n'ai jamais entrepris quoi que ce soit pour étouffer l'affaire ou la couvrir du manteau du secret » ).

Dans les enregistrements, on entendrait ainsi le cardinal expliquer à la victime de l'évêque que « Nous pouvons aussi, comme je te l'ai déjà dit, demander et donner le pardon », en soulignant la « grande différence » entre les « punitions qui sont publiques » et « celles qui sont privées » .

Sur les enregistrements, on entendrait également le cardinal Danneels plaider, s'il fallait en arriver à rendre public les faits, pour un report ; « Il serait peut-être préférable que nous attendions une date l'année prochaine » . Soit en 2011, année ou Vangheluwe aurait dû être pensionné.

La publicité faite autour de ces enregistrements, ce week-end, a une nouvelle fois obligé Danneels à sortir du bois. Toon Osaer, son porte-parole, a ainsi ré-affirmé que le cardinal n'avait jamais voulu garder secrète l'affaire Vangheluwe ; pas plus qu'il n'a demandé à la victime de se taire ou de ne pas se tourner vers la commission Adriaenssens...

« Danneels a été contacté à un certain moment par Vangheluwe pour lui demander de jouer les médiateurs, précise Toon Osaer. Il s'est donc rendu à une réunion de famille, qui avait été organisée afin de déterminer si une réconciliation était possible. » « Une discussion confidentielle et intra familiale » Toujours selon le porte-parole, le cardinal Danneels, convaincu d'assister à une réunion informelle, a étudié les pistes possibles de médiation.

« Et lorsque la victime a réclamé la démission de Vangheluwe, Danneels a répondu que ce n'était pas de son ressort », explique Toon Osaer.

Si le cardinal Danneels n'a pas évoqué cette réunion lors de sa première conférence de presse, c'est parce qu'il s'agissait, selon son porte-parole, d'une discussion confidentielle et intra-familiale observe encore Too Osaer.

« Il a également agi de la sorte pour assurer l'anonymat de la victime. Il regrette que cette discussion ait été rendue publique. » Le porte-parole ajoute que le cardinal Danneels est profondément touché par toute cette agitation autour de sa personne.

« Il se rend compte aujourd'hui qu'il a mal évalué la situation et qu'il aurait mieux fait de ne pas répondre à la demande d'assister à la réunion. »