1.500 milliards d’euros consacrés aux infrastructures routières en Europe en à peine plus de 20 ans

En Europe, la route a attiré 66 % d’investissements de plus que le rail, déplore Greenpeace ce mardi 19 septembre 2023.

Belga
Train SNCB
En Europe, quelque 13.700 km de lignes de trains passagers ont fermé depuis 1995, note l’étude, mais “plus de la moitié” des lignes de trains passagers “pourrait être rouverte relativement facilement”. ©Jean Luc Flemal

Les pays européens ont consacré entre 1995 et 2018 quelque 1.500 milliards d’euros aux infrastructures routières contre seulement 930 milliards au rail, selon une étude publiée ce mardi par l’ONG environnementale Greenpeace.

Dans 30 pays (UE, Norvège, Suisse et Royaume-Uni), la longueur cumulée du réseau autoroutier a progressé de 60 % entre 1995 et 2020 pour passer de 51.500 à 82.500 kilomètres. Le réseau ferroviaire a lui perdu 6,5 %, selon l’étude réalisée pour l’ONG par T3 Transportation et l’institut Wuppertal, un centre de recherche allemand.

La France, notamment, “a investi plus que deux fois plus dans les routes que dans le rail”, selon l’étude : 278 milliards d’euros pour les routes contre 130 milliards pour le rail, trains urbains, métros et trams inclus. Un ratio quasi équivalent à l’Allemagne, avec 278 milliards contre 132 milliards d’euros.

En Europe, quelque 13.700 km de lignes de trains passagers ont fermé depuis 1995, note l’étude, mais “plus de la moitié” des lignes de trains passagers “pourrait être rouverte relativement facilement”.

L’écart de financement entre route et rail se réduit pour la période de 2018 et 2021, avec 34 % de fonds de plus alloués au réseau automobile qu’au train. Mais “on ne peut pas encore parler d’un retournement de tendance” au niveau européen, a jugé Mme Limousin.

”Il ne faut pas se satisfaire d’augmenter les financements dans le rail, il faut aussi arrêter de financer les problèmes comme les autoroutes”, soutient-elle.

”Des fonds publics ne doivent pas être gâchés pour l’expansion d’autoroutes et d’aéroports”, selon Greenpeace, qui demande “l’arrêt de tous les nouveaux projets d’autoroutes” en “limitant les investissements routiers au strict minimum pour l’entretien” et les mesures de sécurité.

L’ONG demande ainsi de “rediriger” les financements vers le rail, mais aussi les transports en commun et les modes non-motorisés comme le vélo ou la marche.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...