Missing Children Europe exhorte l'UE à lutter contre le "grooming"

Missing Children Europe, la fédération européenne des enfants disparus et sexuellement exploités, appelle jeudi l'UE et ses États membres à prendre des mesures pour contrer le grooming, un phénomène responsable d'un nombre toujours plus grandissant de disparitions d'enfants, à l'occasion du 40e anniversaire de la journée internationale des enfants disparus.

Belga
Missing Children Europe exhorte l'UE à lutter contre le "grooming"
Missing Children Europe exhorte l'UE à lutter contre le "grooming" ©Rostislav Sedlacek – Fotolia

Chaque année, pas moins de 250.000 enfants sont portés disparus sur le Vieux continent, soit un enfant toutes les deux minutes, rapporte l'organisme. L'an dernier, les lignes d'assistance téléphoniques de Missing Children Europe ont recensé quelque 70.855 appels portant sur 6.668 cas. La majorité de ces incidents (66%) sont liés à des fugues.

Une tendance observée également en Belgique, puisqu'en 2022, Child Focus a traité 1.515 nouveaux dossiers de disparition, dont 1.138 concernaient une fugue. "Un record", selon la fondation.

Par ailleurs, environ un quart des cas (24%) correspondent à des enlèvements parentaux, tandis qu'une "petite mais significative proportion" (3%) relève de disparitions survenues dans le contexte migratoire, chiffre l'ONG.

Coordonnées par des ONG membres du réseau Missing Children Europe, les lignes d'assistance téléphoniques "jouent un rôle essentiel" car elles offrent "un soutien vital aux familles et aux enfants confrontés à cette situation", rappelle l'organisation, pointant la nécessité d'assurer la continuité de ce moyen de soutien.

L'organisation met en garde contre "le phénomène croissant" du grooming, un processus par lequel un adulte approche un mineur et le manipule à des fins sexuelles, soit en vue d'une rencontre, soit pour obtenir du matériel explicite. Le grooming se profile "de plus en plus" comme un facteur favorisant les disparitions d'enfants, d'après Missing Children Europe.

Cette dernière exhorte dès lors l'UE à "prendre ses responsabilités pour garantir le bien-être des enfants" et à lutter contre le grooming.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...