Europol met en garde contre l’utilisation abusive de ChatGPT

L’agence de police européenne Europol a lancé lundi un avertissement contre les abus possibles dans l’usage de robots conversationnels tels que ChatGPT.

Belga
 Illustration
Illustration ©BELGA

Il apparaît en effet que des criminels pourraient utiliser ces programmes à des fins de phishing, une technique destinée à dérober des données personnelles et sensibles, de cybercriminalité, de propagande ou de désinformation, indique l’agence.

L’objectif premier de cette mise en garde est de servir de campagne de sensibilisation, afin d’entamer un dialogue avec les entreprises actives dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA), et de les inciter à mettre en place des mesures de précaution. Europol insiste par ailleurs sur l’importance du développement de systèmes d’intelligence artificielle fiables.

Le programme ChatGPT peut générer des textes de lui-même, sur base d’une grande quantité de données qu’il retrouve dans des livres, des articles ou des sites internet par exemple. Ce nouveau système d’IA a été présenté au grand public en novembre dernier, et est rapidement devenu populaire en raison de ses résultats parfois bluffants. Les non-initiés peuvent facilement être induits en erreur: ils supposent à tort que les textes ou les réponses à leurs questions sont rédigés par un humain, plutôt que par une machine.

Comme ChatGPT peut en outre produire des codes pour différents langages de programmation, il peut également représenter un outil précieux pour des criminels avec peu de connaissances techniques. Afin de contrer ces usages abusifs, les enquêteurs ont dès lors tout intérêt à suivre de près ces évolutions technologiques.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...