Nouvelle-Zélande: reconnaissante, la Première ministre Ardern tire sa révérence

La Première ministre néo-zélandaise démissionnaire Jacinda Ardern a exprimé mardi sa reconnaissance pour son temps passé à la tête du gouvernement, à la veille de l'investiture de son successeur Chris Hipkins.

Belga
This handout photo taken and released on January 24, 2023 by the New Zealand Prime Minister's Office shows outgoing New Zealand Prime Minister Jacinda Ardern, seen wearing a ceremonial Maori cloak, during her last public engagement visiting the Maori settlement of Ratana in the North Island. - Ardern said January 24 she was grateful for her time in office, insisting that a sustained barrage of online abuse was not the reason for her shock resignation. (Photo by Handout / NEW ZEALAND PRIME MINISTER'S OFFICE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NEW ZEALAND PRIME MINISTER'S OFFICE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Jacinda Ardern ©AFP or licensors

"Je pars avec un sentiment de gratitude après m'être acquittée de ce merveilleux rôle pendant tant d'années", a-t-elle affirmé à la presse dans le village maori de Ratana (nord) lors de son dernier déplacement public en tant que Première ministre.

La responsable politique de 42 ans a affirmé la semaine dernière n'avoir "plus assez d'énergie" pour continuer à exercer ses fonctions, après cinq années marquées par une éruption volcanique meurtrière, le pire attentat jamais perpétré dans le pays et la pandémie de Covid-19.

Sa démission, survenue moins de trois ans après une victoire électorale écrasante, a déclenché un débat à l'échelle nationale au sujet du dénigrement des femmes dirigeantes, particulièrement sur les réseaux sociaux.

Chris Hipkins, qui sera investi Premier ministre mercredi, a qualifié d'"absolument odieuses" les attaques subies par Mme Ardern alors qu'elle était à la tête de l'Etat.

Jacinda Ardern a cependant affirmé mardi qu'elle "détesterait" que son départ soudain soit perçu comme une critique envers son pays.

La popularité du gouvernement travailliste de Mme Ardern s'est dégradée ces derniers mois en raison d'une récession menaçante et d'une résurgence de l'opposition conservatrice.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...