Libération d’Olivier Vandecasteele : “Les marges de manœuvre diplomatiques avec l’Iran sont faibles”, reconnaît Hadja Lahbib

Hadja Lahbib (MR), la ministre des Affaires étrangères, estime que “les relations avec l’Iran sont difficiles” : “Nous n’avons pas de levier, que ce soit diplomatique ou économique, et très peu de contacts”.

Belga
BRUSSELS, BELGIUM - JANUARY 12 : Plenary session of the federal parliament, question time.   Hadja Lahbib, (MR), Foreign Affairs Minister pictured talking on JANUARY 12, 2023 in Brussels, Belgium, 12/01/2023 ( Photo by Philip Reynaers / Photonews
La ministre précise que la révolution et les manifestations en Iran ne facilitent pas les relations alors que la Belgique a ouvertement condamné la mort de Mahsa Amini, la répression et les condamnations à mort. ©PRE

La ministre des Affaires étrangères Hadja Lahbib (MR) admet que les marges de manœuvre diplomatiques de la Belgique sont faibles pour faire sortir d’une prison iranienne le Belge Olivier Vandecasteele.

Interrogée dans L’Echo ce vendredi sur le choix du gouvernement belge de passer par un accord de transfèrement dès le mois de mars, la ministre répond que “les relations avec l’Iran sont difficiles, nous n’avons pas de levier, que ce soit diplomatique ou économique, et très peu de contacts”.

Elle précise que la révolution et les manifestations en Iran ne facilitent pas les relations alors que la Belgique a ouvertement condamné la mort de Mahsa Amini, la répression et les condamnations à mort.

”Il est de mon devoir de protéger nos nationaux à l’étranger, mais je ne peux pas non plus rester muette par rapport à ce qui se passe là-bas. Nous en parlons ouvertement avec le régime iranien”.

La ministre rappelle que la Belgique a conclu 74 autres traités de transfèrement, y compris avec des pays comme la Russie. “Ce traité était en cours d’écriture avant l’enlèvement d’Olivier Vandecasteele. L’Iran fait partie des pays avec lesquels on a envie de pouvoir rapatrier nos nationaux condamnés pour qu’ils puissent purger leur peine en Belgique”, insiste-t-elle.

Elle affirme ne pas discuter d’un échange. “Quand j’ai mon homologue au téléphone, il n’est pas question de M. Assadi, mais du sort d’Olivier Vandecasteele. L’objectif est d’obtenir sa libération, des meilleures conditions de détention, des contacts avec sa famille, que la clarté soit faite”, assure la ministre.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...