Une tigresse échappée d'un élevage en Afrique du Sud abattue après avoir tué des chiens et une biche: "On n'avait pas d'autre choix"

Elle a été abattue après avoir encore tué: la tigresse échappée d'un élevage d'animaux exotiques en Afrique du Sud, qui rôdait depuis quatre jours près de Johannesburg, a été "éliminée" mercredi à l'aube après une nouvelle attaque sur un chien dans une ferme habitée.

Belga
Local community police gather to plan a search for a tiger that escaped from its enclosure, in Walkerville, south of Johannesburg, South Africa, Monday, Jan. 16, 2023. Authorities in South Africa are searching for a tiger that escaped from its enclosure at a private farm near Johannesburg over the weekend and attacked a man, who survived, and killed a dog. (AP Photo/Themba Hadebe)
La tigresse était recherchée par plusieurs dizaines de policiers, militants pour la nature et voisins aidés de drones et d'hélicoptères. ©Copyright 2023 The Associated Press. All rights reserved.

"On n'avait pas d'autre choix que de l'éliminer" car "elle a tué un chien sur une exploitation où vivent six familles" et "le danger était devenu trop grand", a déclaré à l'AFP Mandy Gresham, un représentant de la communauté locale qui a participé aux recherches.

Sheba, tigresse du Bengale âgée de huit ans, avait déjà attaqué sur son passage un homme de 39 ans, qui a survécu, et tué d'autres chiens et une biche. Elle était recherchée par plusieurs dizaines de policiers, militants pour la nature et voisins aidés de drones et d'hélicoptères.

Le grand félin avait réussi à sortir de son enclos samedi, après qu'un inconnu a coupé la clôture dans un élevage à une trentaine de kilomètres de Johannesburg, capitale économique sud-africaine située dans la province la plus peuplée du pays.

La tigresse avait déjà été repérée lundi près de la propriété. Elle était revenue y chercher de la viande.

La société sud-africaine de protection des animaux (NSPCA) a estimé "dangereux et irresponsable" que des tigres soient gardés dans des zones résidentielles.

L'espèce menacée n'est pas endémique en Afrique du Sud mais son élevage, notamment pour la vente vers des zoos, s'est répandu ces dernières années.

Le pays n'a pas de recensement officiel de sa population de tigres mais selon l'ONG de défense des animaux Four Paws, près de 10% de la population mondiale (soit 359 spécimens) ont été exportés entre 2011 et 2020.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...