Nathalie Vandecasteele : “On vit un cauchemar qui ne s’arrête pas”

”On vit un cauchemar qui ne s’arrête pas. Voir souffrir son enfant, son frère comme cela, ce n’est juste pas humain, pas vivable”, a déclaré, au bord des larmes, Nathalie Vandecasteele mercredi.

Belga
Olivier's sister Nathalie Vandecasteele delivers a speech during the installation of a large banner with a portrait of Belgian NGO-worker Olivier Vandecasteele, in Tournai (Doornik), Thursday 12 January 2023. Olivier Vandecasteele is a Belgian humanitarian worker who has worked for more than six years in Iran for international NGOs. On 24 February, he was arrested by the Iranian authorities. Earlier this week, Iranian authorities confirmed a 40-year prison sentence for Vandecasteele, the Belgian aid worker detained by the Iranian regime for nearly a year on alleged charges of espionage. Vandecasteele will also receive 74 lashes. BELGA PHOTO JUSTIN NAMUR
Olivier's sister Nathalie Vandecasteele delivers a speech during the installation of a large banner with a portrait of Belgian NGO-worker Olivier Vandecasteele, in Tournai (Doornik), Thursday 12 January 2023. Olivier Vandecasteele is a Belgian humanitarian worker who has worked for more than six years in Iran for international NGOs. On 24 February, he was arrested by the Iranian authorities. Earlier this week, Iranian authorities confirmed a 40-year prison sentence for Vandecasteele, the Belgian aid worker detained by the Iranian regime for nearly a year on alleged charges of espionage. Vandecasteele will also receive 74 lashes. BELGA PHOTO JUSTIN NAMUR

La sœur d’Olivier Vandecasteele, détenu depuis onze mois en Iran, a témoigné devant la commission des Relations extérieures de la Chambre, au lendemain d’un vote unanime d’une résolution réclamant sa libération immédiate. Le texte sera à l’ordre du jour de la séance plénière de jeudi.

”On est complètement désemparés. Même si le ministère fait tout ce qu’il peut pour obtenir des contacts, nous ne les avons pas. C’est compliqué. Pour la famille, on vit avec la boule au ventre depuis 11 mois. On a (d’abord) voulu laisser travailler la diplomatie en toute discrétion. Maintenant que l’on comprend les enjeux nationaux et internationaux, on a besoin d’éveiller toutes les consciences. On espère que l’État de droit pourra prendre la bonne décision pour libérer un citoyen innocent au plus vite”, a-t-elle déclaré.

Nathalie Vandecasteele a aussi rappelé le contexte dans lequel son frère a été arrêté en Iran. “Depuis 2015, il travaillait en Iran pour l’ONG NRC (Norwegian Refugee Council), qui s’occupe principalement des réfugiés afghans. […] Entretemps, Olivier a décidé de refaire sa vie en Belgique. Après 7 mois, il a pris une semaine pour aller clôturer ses affaires en Iran dans un pays où il a vécu 6 ans : un bail, un compte en banque, etc. C’est pour cela qu’il est parti en février 2022. Et c’est pendant cette semaine qu’il a été arrêté.”

”Ce n’était pas un touriste”, a renchéri Olivier Van Steirtegem, ami et porte-parole d’Olivier Vandecasteele, également entendu. “C’est quelqu’un qui y était pour des raisons professionnelles. Il avait quand même le droit d’avoir un appartement et clôturer un compte en Iran n’est pas si facile que cela, l’Iran étant hors du système international bancaire Swift.

”Tout le monde sait qu’Olivier est innocent”, a poursuivi Nathalie Vandecasteele. “Nous avons eu trois appels vidéo en presque onze mois. Et malgré l’insistance des affaires étrangères, il n’a reçu que 7 visites consulaires. Et à chaque fois qu’on a eu des nouvelles, elles n’étaient juste pas bonnes. Les deux premiers mois, il était dans une cave avec juste un drap – pas de matelas, pas de chaise. Aujourd’hui, il est toujours dans un sous-sol sans fenêtre. On le sort un quart d’heure par jour depuis juillet. La dernière fois qu’on a eu un contact, le 24 décembre, il parlait d’un bourdonnement à l’oreille. 'Mais on m’a donné des médicaments. Ça va aller', disait-il.”

Et de conclure : “Nous inviter donne toujours du courage. Le fait d’avoir voté la résolution, c’est plus que positif. Mais nous avons besoin, s’il vous plaît, d’avoir un acte fort, courageux, pour pouvoir libérer Olivier, le sortir de ce calvaire et nous soulager.”

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...