Qatargate: Pier Antonio Panzeri a renoncé à son appel et reste en détention

Pier Antonio Panzeri a finalement renoncé à son appel, mardi, devant la chambre des mises en accusation de Bruxelles, contre la décision de son maintien en détention, selon le parquet fédéral

Belga
70th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights - EP Human Rights week - Opening Conference
Pier Antonio Panzeri ©© European Union 2018 - Source : EP

L'ex-eurodéputé est inculpé dans le cadre du dossier relatif au scandale de corruption au Parlement européen. Il est sous mandat d'arrêt depuis son arrestation, le 9 décembre dernier, et la chambre du conseil a décidé de prolonger ce mandat. Panzeri a ensuite fait appel de cette décision.

Pier Antonio Panzeri a été arrêté en même temps que son collaborateur Francesco Giorgi, la compagne de celui-ci, Eva Kaili - désormais ex-vice présidente du Parlement européen -, et le lobbyiste bruxellois Nicolo Figa-Talamanca. Le père d'Eva Kaili et le syndicaliste Luca Visentini ont également été arrêtés à cette date, mais ils ont depuis bénéficié d'une libération, contrairement aux quatre autres, qui sont toujours sous le coup du mandat d'arrêt.

Ces arrestations s'inscrivent dans le cadre de l'enquête menée par le parquet fédéral belge sur les tentatives du Qatar d'influencer les prises de décisions économiques et politiques du Parlement européen. Cet État aurait versé d'importantes sommes d'argent ou offert des cadeaux substantiels à des personnes occupant une position stratégique au sein de l'hémicycle européen. Le Maroc est également apparu dans l'enquête, avec une possible tentative de corruption menée par son agence de renseignements, la DGED, et par son ambassadeur en Pologne, Abderrahim Atmoun.

Les deux pays auraient tenté d'influencer les décisions et les résolutions du Parlement européen par l'intermédiaire de Pier Antonio Panzeri et de son association à but non lucratif Fight Impunity.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...